Lorsque nous sommes confrontés à des situations compliquées, il est courant pour beaucoup de personnes de se réfugier dans les plaintes et les doutes. Pourtant, rester positif est la meilleure attitude à avoir face à l’adversité et c’est d’ailleurs l’une des clés pour être heureux et bien vivre sa vie. La positivité présente également divers bienfaits sur d’autres aspects de notre vie au quotidien et c’est quelque chose d’essentiel pour être en paix avec soi-même et vivre dans un environnement sain.

Que ce soit cultiver une vision positive, prendre du recul, se focaliser sur le positif, adopter un vocabulaire optimiste ou encore penser du bien des autres, les astuces pour travailler ses pensées positives sont nombreuses et peuvent s’avérer particulièrement utiles.

En un mot comme en cent, la positivité est l’une des clés du bonheur.

Garder espoir et le partager

La capacité de quelqu’un à rester optimiste provient en partie de l’inné et de l’éducation, mais elle peut également se travailler et ainsi être véritablement bénéfique. Par exemple, faire en sorte que le cerveau adopte une approche plus optimiste aide notamment à réduire l’impact du stress et de l’anxiété de manière globale. De même, être capable de transmettre de l’espoir à ceux qui nous entourent permet de créer des environnements plus sûrs et plus nourrissants sur le plan émotionnel. Pour cela il est important de ne pas généraliser les obstacles auxquels nous pouvons être confrontés : si on se limite uniquement à un événement, sans penser qu’il se répétera dans le temps ou dans d’autres domaines de la vie, on est plus apte à trouver des ressources pour les surmonter. D’ailleurs de manière générale, relativiser reste le meilleur moyen d’y arriver. Trouver en soi les ressources pour combattre la lassitude, l’épuisement et le sentiment d’injustice est également essentiel. Pour partager son optimisme autour de soi et l’accroitre par la même occasion, rester actif et bienveillants sont des clés indispensables. Enfin, il faut impérativement ne pas se tourner perpétuellement vers les regrets pour éviter la rumination, être serein dans son corps et son esprit se fait d’abord par de bonnes habitudes et un optimisme à long terme. Ainsi, rester sur des expériences négatives ne fera qu’entraver votre chemin vers une vie plus agréable.

L’importance de croire en l’avenir

L’optimisme est une anticipation positive du futur. Quelqu’un d’optimiste fait généralement preuve de réalisme, mais se vit comme acteur de ce qui lui arrive et non comme victime, ne serait-ce qu’en donnant du sens aux épreuves qu’il traverse, et en se projetant vers une solution, aussi difficile soit-elle.

Bien qu’il y ait une part de l’attitude induite par l’éducation et la culture, il est important d’en développer une optimiste face aux obstacles et de travailler pour la renforcer jour après jour.

C’est notamment le cas en reprenant contact avec soi ou en reconnaissant ses peurs et ses besoins, ce qui signifie avoir le sens de la responsabilité.

D’après certaines études américaines, les personnes optimistes vivent plus longtemps et en meilleure santé que les pessimistes. En effet, elles ont moins d’événements stressants à gérer au quotidien et cela a un impact considérable sur la vie de ces personnes. Les chercheurs de l’Université de Boston (États-Unis) ont constaté que les hommes optimistes affichaient une humeur positive et des niveaux inférieurs de stress que les autres, confirmant ce rapport de cause à effet. Cette recherche conclut donc que les personnes optimistes gèrent mieux le stress quotidien et bénéficient ainsi d’un meilleur bien-être émotionnel. Les auteurs de cette étude ont d’ailleurs écrit que « l’optimisme peut préserver le bien-être émotionnel chez les personnes âgées en engageant des stratégies de régulation des émotions qui se produisent relativement tôt dans le processus de génération des émotions ».

L’optimisme n’est donc pas une «pensée magique», mais plutôt un état d’esprit qui a de multiples bénéfices à la fois sur la santé physique et la santé psychique. C’est s’autoriser à envisager une tournure favorable aux événements et agir dans ce sens; amenant alors des bénéfices sur le plan social, mental et sur la santé. Une attitude positive pousse à mieux prendre soin de soi, et augmente la capacité du corps à combattre la maladie, la fatigue et les burnouts. Ê

tre optimiste construit de bonnes relations avec autrui et rend les expériences du quotidien plus agréables, et c’est une chose qui doit être travaillée au fur et à mesure du temps.

Rester actif dans sa positivité

Comme dit précédemment, l’éducation et le milieu dans lequel on évolue déterminent en partie notre vision des choses, optimiste ou pessimiste, mais l’optimisme peut cependant s’acquérir par la volonté et la pratique d’exercices au quotidien. Par exemple, le concept d’optimisme “intelligent”, notamment popularisé par Alain Braconnier, propose de chercher l’opportunité qui se cache dans chaque difficulté après s’être accordé le temps de digérer la situation. Loin de la pensée magique, l’optimisme intelligent est une façon de voir la vie du bon côté qui ne s’oppose ni à la complexité de notre psychisme ni à la raison. Il convient de chercher l’opportunité qui se cache dans chaque difficulté plutôt que de la considérer comme une invitation à « tout laisser tomber ». Mais, avant cela, il est important de s’accorder le temps de digérer la nouvelle situation (échec, impasse, retard) et les émotions qu’elle déclenche. Trop de décisions sont prises hâtivement parce qu’elles sont motivées par le désir de passer à un épisode plus agréable. Or, l’optimisme intelligent fait avec la réalité, il n’est ni déni de celle-ci ni refoulement des émotions négatives.

Il peut aussi être intéressant de s’autoriser des moments de mauvaise humeur, à condition d’en devenir rapidement spectateur plutôt qu’acteur. Le contrôle de ses émotions est important et ainsi développer son intelligence émotionnelle peut être d’une grande aide pour devenir quelqu’un de plus positif. Comme exercice concret, ressortir chaque soir au moins un élément positif de la journée et en ressentir de la gratitude permet avec l’habitude de profondément modifier son mindset et d’ainsi percevoir les événements avec davantage d’optimisme. Dans cette perspective, innover chaque jour (que ce soit avec une nouvelle recette de cuisine, une nouvelle activité…) permet au cerveau de développer ses neurones et d’avancer. De plus, l’optimisme est contagieux ! Entourez-vous le plus possible de personnes optimistes, positives et audacieuses, cela vous aidera considérablement au quotidien. Enfin, pour un bon développement personnel, le coaching auprès d’un professionnel peut s’avérer extrêmement bénéfique pour mieux se comprendre soi-même et établir un management optimal de ses émotions.

L’optimisme par l’intuition

Pour vous aider à rester positif, votre meilleur allié n’est autre que vous-même. Il faut que vous appreniez à vous écouter et à développer votre intelligence intuitive. La pensée intuitive repose sur un processus nommé « mode mental préfrontal » en neurosciences.

Il s’agit d’un balayage rapide de la situation par le cerveau, qui met en relation de multiples informations et les compare le plus souvent à des souvenirs.

Ainsi, elle se renforce avec l’âge et l’expérience, qui permettent au mental de faire de multiples analogies. En travaillant son intuition il est alors possible de considérablement améliorer ses raisonnements et ainsi être plus à l’écoute de vos décisions et de votre bonheur sur le long terme. Je vous enseigne à entendre cette petite voix qui vous parle mais que vous n’écoutez pas toujours, à la repérer, à identifier par quel canal (auditif, visuel, corporel) elle se manifeste à vous et à la suivre.

Une très grande part de notre processus mental repose sur l’intuition et plusieurs études ont démontré, et ce dans différents domaines, que la première impression est souvent la bonne. Ne pas s’écouter signifie souvent une perte de confiance en vos ressentis et une trop grande focalisation sur les détails d’une situation alors que l’intuition offre une vision globale. Il est bon d’accueillir et de faire confiance à vos ressentis, ils vous donnent la direction de votre réflexion. À vous ensuite de l’étayer avec des éléments mesurables et objectifs. De plus, sans un minimum de recul, il est très compliqué de laisser place à l’intuition. En repérant le potentiel d’une situation plutôt que les contraintes qui l’entourent, vous encouragez l’émergence de vos ressentis. En simplifiant les choses et en allant à l’essentiel, l’intelligence intuitive peut se mettre en route.

Prendre de la hauteur permet également de faire la différence entre l’intuition et l’émotion, qui peut fausser le raisonnement. La méditation de pleine conscience s’avère intéressante pour s’extraire d’une situation et la regarder de haut, sans être parasité par vos peurs ou vos blocages.

Quizz : Etes-vous positif ? 

Pour conclure, voici un petit quizz rapide pour que vous puissiez voir où vous vous situez en termes d’optimisme.

·       Oui la plupart du temps

1. Dans les périodes d’incertitude, je m’attends généralement au mieux.

·       Ça dépend

·       Pas du tout

2. Ce matin, vous vous pesez. Avant de monter sur la balance, que pensez-vous du résultat que vous allez obtenir ?

·       Vous vous sentez bien dans votre corps, du coup le résultat n’a pas trop d’importance à vos yeux.

·       Pas grand-chose. Vous ne savez pas si vous avez grossi ou non.

·       C’est certain vous devez peser une tonne.

3. Si quelque chose risque de mal aller pour moi, ce sera le cas.

·       Non, au contraire

·       Ça dépend

·       Oui la plupart du temps

4. Vous dormez profondément dans votre lit quand un bruit dans la cuisine vous réveille. Que pensez-vous ?

·       C’est probablement le chat qui fait des siennes.

·       C’est bizarre, si cela se reproduit je me lèverai.

·       C’est anormal, il y a probablement un voleur dans la maison.

5. Vous avez l’impression : 

·       Que rien n’est jamais grave.

·       De ne pouvoir compter que sur moi

·       De n’avoir pas été épargné par la vie

6. Vous pensez que la nature humaine est :

·       Généreuse.

·       Déterminée par son instinct de survie.

·       Cruelle, l’homme est un loup pour l’homme.

7. Quelle phrase vous semble la meilleure entre ces trois choix ?

·       « Le monde appartient aux optimistes, les pessimistes ne sont que des spectateurs », F.Guizot.

·       « Les optimistes croient que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles. Les pessimistes craignent que cela soit vrai », JB. Cabell.

·       « Les optimistes et les pessimistes ont un grand défaut qui leur est commun : ils ont peur de la vérité », T. Bernard. 

8. « Anticiper un malheur, c’est le vivre deux fois ». Que pensez-vous de cette phrase ?

·       C’est vrai mais cela ne doit pas empêcher d’être prudent.

·       Il n’y a rien de plus vrai. Il ne faut pas penser à ce qui est négatif.

·       C’est faux. Anticiper un malheur, c’est tenter de s’en protéger.

9. Globalement vous voyez la vie :

·       Du bon côté.

·       Comme elle est.

·       Comme votre principal ennemi.

Vous l’aurez compris, dans ce quizz le mieux est de toujours choisir la première réponse, voir la deuxième. En partant de ce que vous avez répondu vous pouvez alors en conclure où est-ce que vous vous situez entre optimisme et pessimisme.

Zoom sur Vannes

Caroline, 40 ans, divorcée depuis peu avec son ex-mari avec qui elle a partagé 12 ans de mariage et de vie commune, se retrouve seule face à la vie. Brisée et abattue par son divorce, elle n’a plus confiance en elle et en son sens relationnel. J’ai rapidement compris qu’elle était perdue et qu’il fallait que je renoue la communication d’elle à elle-même. Chez elle, à Vannes, nous avons alors commencé un travail d’écoute grâce à un accompagnement adapté sur la pratique de l’intuition. L’important pour elle était avant tout de se retrouver et de s’écouter afin de reconnaître ses émotions pour pouvoir les assumer.

Difficile quand on sort d’un divorce et qu’on rentre dans la phase de déni et du surcontrôle de ses émotions, mais après plusieurs séances à extérioriser ses sentiments grâce à sa voix intérieure, ma formation a fini par rendre à Caroline un visage plus éclairé et détendu.

Dans la deuxième phase du travail, il faut mettre en lumière ses nouveaux besoins et la façon dont elle peut les affirmer pour rebâtir sa confiance relationnelle. Ce qui est sûr, c’est qu’elle redevient positive et optimiste par rapport à son futur.