Comment gérer son stress ?

Comment gérer son stress ?

Apprenez comment gérer votre stress avec votre coach.

Vous êtes angoissé ? Vous vous retrouvez dans des situations difficiles ? Sachez que ce n’est pas votre finalité. Apprendre à gérer son stress nécessite parfois seulement de changer certaines de nos mauvaises habitudes.

Le stress est le mal de notre société moderne : selon la spécialiste Lauren E. Miller, ce phénomène n’est pas une fatalité ! Nous pouvons tous découvrir et apprendre à le gérer pour éviter qu’il nous gâche la vie au quotidien. Et qu’il ne devienne pas la cause de problèmes de santé plus ou moins graves. 

Apprendre à maîtriser son stress peut prendre du temps mais tout le monde en est capable. Il est nécessaire de bien se connaître et d’avoir les bonnes clés. 

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress définit un état entravant l’équilibre physique et/ou psychologique d’un individu.

Le stress définit un état entravant l’équilibre physique et/ou psychologique d’un individu. Il est provoqué par un stimulus appelé « agent stressant » pouvant être d’ordre physique, mental, social ou émotionnel. Un examen, la prise de parole en public, un conflit, une opération chirurgicale, un mariage, un déménagement, un accident… Les agents stressants sont perçus différemment d’un individu à l’autre mais certains facteurs favorisent l’apparition du stress. 

Le stress fait partie intégrante de la vie, peu importe notre âge ou notre emploi du temps, nous en vivons tous. Bien que nous assimilions le stress à de la négativité. Le stress a ses bons côtés comme le fait qu’il nous force à nous surpasser, physiquement et mentalement. 

Le stress peut accroître la performance mais lorsqu’il est trop intense, il peut y nuire. Il peut être provoqué par certains facteurs comme les échéances au travail ou à l’école. Qui sont passagers et se dissipent une fois le motif de stress écarté. Toutefois le stress continu ou chronique peut augmenter le risque de diabète, de maladies du cœur, de cancer, voire de mort prématurée.

Comment reconnaître son stress ?

Le stress aigu

Il est le plus souvent provoqué par un événement inhabituel. Spécifique et déstabilisant tels que les examens, déménagement, naissance d’un enfant… ou par une situation particulièrement menaçante comme la perte d’un emploi, divorce, conflits…

Les symptômes liés au stress aigu sont temporaires et disparaissent une fois l’événement passé ou la situation stressante terminée. En apparaissant de façon occasionnelle au long de notre vie, ce type de stress aide l’organisme à garder. Et à augmenter la capacité du système de réponse au stress et ses mécanismes.

Le traumatisme vicariant, également appelé “traumatisme secondaire” ou “usure de compassion”. Il constitue une forme particulière du stress aigu à répétition. Il touche principalement les personnes qui s’entourent de personnes en détresse ou malade, de meurtriers, de violeurs dans le cadre de leur profession des victimes… Autrement dit, les personnes confrontées régulièrement à la détresse et à la souffrance humaine sont plus sujettes au traumatisme vicariant.

Ce type de stress extrême peut générer des troubles d’ordre psychologique comme l’anxiété, la dépression… et peut modifier la vision que la personne se fait d’elle-même ou du monde comme une perte de confiance en soi et en les autres, sentiment d’insécurité, isolement, paranoïa, identification à la victime…

Le stress chronique

Il est la conséquence de l’exposition redondante ou continue à des agents et sources de stress. Le stress chronique est associé à la phase de l’épuisement. L’organisme sécrète constamment les hormones du stress et puise beaucoup trop dans les réserves énergétiques. Finalement les organes ainsi que les systèmes immunitaire, respiratoire, circulatoire et cardiaque s’affaiblissent.

Le stress chronique est dangereux pour la santé. Il aggrave ou accentue le risque de développer certaines pathologies comme les maladies cardio-vasculaires et respiratoires, le diabète de type 2, les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur, les troubles anxieux, la dépression…

  • Un stress chronique non pris en charge et qui perdure depuis plusieurs mois, voire plusieurs années peut conduire dans le pire des cas au suicide.
  • Le burn-out ou épuisement professionnel

Il résulte de l’épuisement du système de réponse au stress subi au travail. Il est généralement causé par une surcharge de travail comme un trop d’heures travaillées, objectifs difficiles à atteindre, exigences trop élevées… Mais d’autres agents stressants peuvent entrer en compte : le manque de reconnaissance, d’autonomie ou de communication, le faible soutien social, les conflits entre collègues ou avec un supérieur hiérarchique…

Les personnes qui font un burn-out sont généralement atteintes de stress chronique. Le stress professionnel favorise l’isolement, le mal-être, la dépression, la survenue de comportements addictifs, de troubles anxieux et alimentaires…

Les 3 phases du stress

Un processus physiologique composé de 3 phases, dont 2 principales, se déclenche lors d’une situation stressante  :

  1. LA PHASE D’ALARME
LA PHASE D’ALARME du stress.

L’organisme réagit à l’agression et provoque de l’adrénaline afin de préparer le corps à répondre à un état de stress.

Il en génère plusieurs réactions somatiques comme :

  • la diffusion de glucose dans le sang 
  • l’augmentation de la pression artérielle 
  • l’accélération du rythme cardiaque et de la respiration 
  • la contraction des muscles

Pendant cette phase, la force musculaire, les sens et les réflexes se multiplient, ce qui nous permet de décider s’il est préférable de faire face à la situation stressante ou de prendre la fuite.

  1. LA PHASE DE RÉSISTANCE 
Phase de résistance du stress.

Après quelques minutes, d’autres hormones sont laissées telles que les endorphines, la dopamine, la sérotonine et le cortisol dans le but de fournir à l’organisme et au cerveau l’apport énergétique suffisant pour résister à l’agression. La phase de résistance nous permet d’agir de la façon la plus adéquate pour combattre l’état de stress. Une fois l’agression terminée et le stress disparu, l’organisme retrouve son métabolisme naturel.

  1. LA PHASE DE L’ÉPUISEMENT
Phase de l'épuisement du stress.

Quand la situation stressante perdure, il entre dans la troisième phase : celle de l’épuisement. L’organisme est à bout, il s’affaiblit : la sécrétion constante des hormones du stress entraîne une dépense énergétique trop élevée. À termes, le stress continu engendre une dépression. Les symptômes du stress varient d’une personne à l’autre. 

On distingue les symptômes physiques comme les troubles du sommeil, problèmes digestifs, maux de tête, extrême fatigue…, les symptômes mentaux/émotionnels tels que l’anxiété, dépression, baisse de la concentration…et les symptômes comportementaux comme l’absentéisme, isolement, consommation excessive de tabac, d’alcool, d’aliments sucrés…

Comment gérer son état de stress ?

  • Le stress aigu

Il découle d’un événement imprévisible, d’une situation qui échappe à tout contrôle. Gérer son stress en situation d’urgence est une priorité et vous pouvez y parvenir.

  1. Respirez de la bonne manière : la respiration abdominale soulage les angoisses, la respiration thoracique fait baisser la pression et la cohérence cardiaque évacue les tensions. 
  2. Relaxez-vous différemment : pratiquez le yoga des mains pour vous apaiser ou écoutez une musique appropriée qui vous permettra de faire le vide.

Comment gérer son stress avant l’examen ?

  1. Ne sautez surtout pas de repas : ils encadrent votre journée de révision et permettent au corps d’obtenir les apports énergétiques nécessaires.
  2. Ne faites pas des nuits blanches consacrées à vos révisions : votre cerveau sans repos ne sera pas capable de fonctionner correctement.

Comment le gérer pendant l’examen ?

  1. Faites abstractions de ce qui est autour de vous : ne pensez pas aux autres, mais à vous.
  2. Prenez un en-cas pour éviter le coup de pompe : un fruit, une poignée d’amandes et une bouteille d’eau vous permettront de recharger les batteries et de faire une pause « plaisir » dans un effort intellectuel important.
  3. Si vous avez un porte-bonheur, ne l’oubliez pas : munissez-vous d’un objet auquel vous tenez particulièrement et qui vous rassurera durant les épreuves.

Comment gérer son stress au travail ?

Adoptez une organisation quotidienne. Aménagez un planning, et listez clairement vos priorités de la semaine. 

  1. Évitez de procrastiner et de travailler dans l’urgence. 
  2. Fixez des limites et ne laissez pas votre travail envahir vos activités personnelles.
  3. Gérez les conflits pouvant survenir sur votre lieu de travail. Ne laissez pas une situation dégénérer et parlez-en directement à la personne concernée.
  • Le stress chronique 

Le stress chronique s’instaure dans le temps et provoque un épuisement professionnel. Alors, comment neutraliser son stress chronique ? 

  1. Dites “oui” aux tisanes et huiles essentielles : la menthe poivrée et la camomille infusées sont très bénéfiques. Il est aussi conseillé de mettre une goutte d’huile essentielle de lavande sur vos poignets puisqu’elle a des vertus décontractantes.
  2. Déconnectez-vous un jour par semaine : ce que l’on pense qui nous déconnecte ne le font pas vraiment comme la télévision, l’ordinateur et le smartphone. Sont parfois intrusifs mais sources de stress. Passez du temps avec vos proches ou pratiquez une activité qui vous fait du bien comme du sport, de la lecture, du dessin et autres.

La libération émotionnelle 

Pascale Garnier, coach en développement personnel, je peux vous accompagner à surmonter votre séparation grâce à une méthode que je mets à votre disposition. La libération émotionnelle. Cette méthode appelée aussi NERTI a été créée par Luc GEIGER, Maître Praticien en Programmation Neurolinguistique, en Sophrologie, en Hypnose Ericksonienne, depuis 35 ans. Elle consiste à guider la personne à « rentrer » dans ses sensations corporelles. À les laisser évoluer voire « monter » en puissance, à suivre leurs déplacements dans le corps, jusqu’à ce que le cerveau comprenne que le sujet ne va pas mourir et que cette mémoire encombrante n’a plus lieu d’être conservée. Le but est d’éliminer des émotions en les faisant ressortir, que ce soit le sentiment de rejet, d’abandon, de tristesse ou bien la colère.

ZOOM SUR VANCOUVER

Maddy, 23 ans, étudiante en Master, travaille en alternance dans un service de finance. Lors de ses cours, Maddy a assumé le rôle et a toujours fait de son mieux et a poussé ses limites. Pour prouver ses compétences, chaque document a été traité et elle s’est épuisée. Elle ne pouvait plus allier son travail et ses études, elle était submergée par la charge de travail qu’il s’imposait. Quand je l’ai rencontré, j’ai dû l’aider à libérer le stress de cette peur de l’échec !

Avec Maddy, des séances de libération émotionnelle ont suivi. Et l’ont aidé à extérioriser toutes ces peurs dues à la surcharge de travail qu’elle s’est imposée. 

“Bonjour coach, j’espère que vous allez bien depuis le temps juste un petit message pour vous remercier encore une fois car à l’heure d’aujourd’hui j’accomplis beaucoup de choses pour mon avenir. Que ce soit professionnel ou personnel et cela est en grande partie grâce à vous. Car quand je me compare à avant et maintenant je me rends compte que je suis plus du tout la même personne et que je suis heureuse et libre pour la première fois de ma vie et de jour en jour je deviens la meilleure version de moi-même. Sans vous je n’en serais pas là aujourd’hui vous m’avez sauvée la vie vraiment alors j’avais envie de vous dire tout cela et vous remercier du plus profond de mon cœur.”

Suivez l'accompagnement pour vous aidez à vous sortir du stress avec votre coach professionnelle Pascale Garnier.
Comment surmonter la peur de l’échec ?

Comment surmonter la peur de l’échec ?

Comment surmonter la peur de l'échec ? La libération émotionnelle par Pascale Garnier vous aide !

Paralysée par l’idée d’un échec, vous avez le sentiment d’être bloquée ? Votre peur vous pétrifie et vous condamne à l’inaction ? Vous vous trouvez au bon endroit ! Comment surpasser cette crainte qui vous empêche de vivre ?

Il est vrai que l’échec provoque une sensation qui n’est agréable pour personne. Cette situation peut survenir par un manque de confiance en soi, vous pourrez régler cette problématique grâce à l’article Comment avoir confiance en soi ?. Dans cet article vous pourrez découvrir de quel manque de confiance vous êtes victime. Comprendre qu’il s’agit d’une prise de conscience et d’un état d’esprit à déclencher, vous apprendrez à restaurer votre sécurité intérieure et à vous accepter. Vous aurez également à votre disposition des conseils pour reprendre confiance en vous durant une journée éprouvante.

Comme le manque de confiance en soi, la peur de l’échec peut se transformer en refuge, une zone de confort qui nous plait bien et qui nous empêche de prendre des risques. Avoir peur de l’échec devient donc un choix difficile à admettre. Vous vous direz qu’il est mieux de garder cette peur, que de prendre le risque et de peut-être réussir comme échouer. Une question se pose, « est-t’il mieux de vivre continuellement avec cette peur qui vous empêche de sauter le pas dans des situations qui vous effraient ou est-il mieux de tenter afin d’avoir un succès ?” L’égo peut également jouer un rôle dans cette peur ; par crainte d’une frustration, d’une déception, vous n’osez pas passer à l’action. Bien d’autres facteurs justifient cette peur de l’échec, comme le fait d’en voir plusieurs survenir, ou encore un souvenir d’un lourd échec dans le passé ou bien un traumatisme.

Qu’est-ce que la peur de l’échec ?

Qu'est-ce que la peur de l'échec ? L'échec est négatif que si on le perçoit comme tel. La vision de celui-ci change l'émotion conséquente. La libération émotionnelle vous vient en aide !

L’échec est un événement négatif qui rend plus ou moins la vie difficile. Il est naturel d’avoir un sentiment de peur et de vouloir éviter de revivre cet événement. On peut distinguer encore d’autres sources qui nourrissent cette peur comme :

  • une faible estime de soi et l’idée de ne pas y arriver, 
  • une idée perfectionnée de la réussite et de la manière d’y accéder,
  • un auto-sabotage qui vous paralyse et vous évite de tenter votre chance, 
  • la peur du risque et de ne pas arriver à le prendre dans de nouveaux projets.

Soit la kakorrhaphiophobie est le mot compliqué qui signifie la peur de l’échec. C’est un fléau qui affecte un nombre considérable de personnes et que l’on rencontre de plus en plus de nos jours. Du moins en France. La société exerce une pression sociale sur sa population par une idéologie de vie que tout le monde veut avoir. Ne pas savoir lire, écrire, ne pas avoir un bac+5 signifie que tu n’as pas d’avenir, ne pas avoir d’emploi, ne pas avoir de partenaire au-delà de l’âge de 25 ans… est en effet bien souvent perçu comme un échec.

Comme ne pas savoir lire ; écrire ; compter à l’heure ; ne pas avoir un bac+5 signifie que tu n’as pas d’avenir ni d’emploi ; ne Finalement, avec ce tas d’échecs causés par l’effet de société on se remet en question, on peut se retrouver à douter voire à perdre confiance en soi. Sachez que la pression sociale et l’effet de société ne doivent pas être facteur de cette peur de l’échec. 

Les multiples causes de cette peur : 

  • Votre environnement familial : si vous avez subi des pressions étant petit, si vous été l’objet de railleries ;
  • Parcours scolaire : parsemé d’embûches, de la course aux notes et de la comparaison perpétuelle entre les élèves, il peut être très déstabilisant pour l’estime de soi. Nous ne nous évaluons plus par rapport à nos propres capacités, mais par rapport au jugement des autres.
  • La personnalité : perfectionniste ou anxieux ? Il y a plus de chances que la peur de l’échec vous paralyse ;
  • Certaines expériences professionnelles et personnelles traumatisantes qui nous marquent à tel point qu’elles nous handicapent dans notre quotidien ;
  • La pression sociale : selon le secteur d’activité au travail, la pression de la réussite peut plus ou moins être présente.

Comprendre la notion d’échec

Comprendre le notion d'échec est importante pour ne pas avoir peur de l'échec. La libération émotionnelle par Pascale aidera à libérer la peur causée.

L’échec fait partie de la vie, il est impossible de traverser une vie sans rencontrer d’échecs sur votre passage. Ce sont des événements qui font partie de tous les événements que vous aurez à vivre, il est inévitable bien qu’ils ne soient pas agréables. Cependant, ils peuvent être vécus autrement, tout dépend de la façon dont vous les percevez

Il est possible de décider de la façon dont ils seront perçus. L’échec peut aussi être un événement positif, il peut être une leçon pour vous-même, une source de motivation et de changement inattendus pour atteindre votre réussite. Pour minimiser la peur de l’échec, je vous conseille de le prendre de manière plus optimiste, plus positivement pour voir le bon côté des choses en tirant du positif de ce négatif. Si vous avez peur de l’échec vous pouvez peut-être essayer d’anticiper et d’envisager tous les résultats possibles, pour vous préparer à l’éventualité et ne pas mal le vivre. Vous pouvez également élaborer un plan en cas d’échec ou demander de l’aide à vos proches. De plus vous pouvez essayer de fixer des objectifs plus atteignables, qui ne vous font pas ressentir cette peur. Mais il faut avoir conscience que ne pas prendre le risque d’échouer, c’est aussi penser aux regrets que vous pourriez avoir si vous n’essayez pas. Prendre conscience qu’il y a un risque d’échec dans tout ce que l’on entreprend, permet de relativiser ce risque et d’en tirer les opportunités positives et constructives pour soi et les autres.

La peur d’échouer est en chacun de nous. Nous avons tous déjà remis en question notre capacité à réussir à un moment donné et nous avons émis des doutes. Peur de ne pas être à la hauteur du résultat attendu par son client, peur de ne pas réussir à atteindre son objectif de chiffre d’affaires mensuel, ou même à titre privé… peur de rater le gâteau d’anniversaire de son enfant ! La peur de l’échec se cache partout et le vrai problème survient lorsque cette peur nous paralyse et nous empêche d’avancer. Tout le monde possède cette crainte, certains savent la contrôler pour se rassurer, d’autres pas. Si vous êtes en train de lire ces lignes, alors c’est sûrement votre cas ! Il est donc essentiel pour vous de la surmonter pour avancer. Plusieurs méthodes existent pour réussir à dépasser votre peur de l’échec et c’est ce que nous allons voir ensemble dans la suite de cet article. 

Je vous conseillerai de lister tout ce que ces échecs vous ont permis de réaliser, de découvrir sur vous-même. Le but étant de d’acquérir ou de retrouver une souplesse mentale afin de ne pas généraliser cet échec à votre vie entière. Je vous conseillerai de lâcher prise. C’est indispensable pour accepter ou tolérer l’imperfection et l’inconnu. Vous pouvez également vous poser des petits défis comme apprendre la cuisine, à jouer d’un instrument, entreprendre seul une démarche, oser vous exprimer librement et selon vos besoins.

“Sortir du prévisible est la seule façon de déployer de nouvelles ressources.” 

7 Conseils pour surmonter la peur de l’échec 

7 Conseils pour vous débarrasser de la peur de l'échec.

“À force d’éviter les échecs, vous oubliez que vous pourriez également réussir. Mais lorsque vous échouez vous avez surtout réussi à oser. Le pire des échecs reste le fait de n’avoir rien tenté !”

1. Expérimenter l’échec pour l’apprivoiser

Vous stagne. Vous cessez d’avancer. Vos projets professionnels ou personnels qui vous tiennent à cœur à cause de la peur qui vous paralyse attendent. Vous créez de l’auto frustration chez vous. Apprivoiser l’échec c’est l’affronter. Cela reste l’une des méthodes pour l’accepter et s’y habituer. Faire de nouvelles choses dans votre vie ; sortir de votre zone de confort ; en faisant des choses anodines vous fera vous confronter à l’échec, sur des activités qui n’ont pas de réel enjeu pour vous. En prenant le risque de faire des activités qui ne vous tiennent pas à cœur. Vous vous obligerez à vous entraîner à affronter l’échec. Vous pourrez ainsi apprécier l’échec. Celui qui vous permet de tirer une leçon positive ; qui vous permet d’évoluer et de vous améliorer pour ne pas faire les mêmes erreurs.

2. L’échec : la méthode américaine du “Fast fail »

Cette méthode sortie tout droit du lean startup et de la méthode agile, le “fast fail”. C’est l’idée de pouvoir tenter et tester un concept sans le sentiment de peur d’échouer. Tout sera fait pour réduire le risque au minimum de l’échec et le maîtriser. Les erreurs commises lors du projet seront analysées. Pour que vous essayez de faire une nouvelle tentative plus élaborée et qui ne résulte pas de l’échec.

À titre personnel, cette méthode est intéressante à étudier puisqu’elle change votre vision de l’échec. La méthode vous permet de comprendre et d’apprendre. L’erreur n’est pas une fin mais un renouveau en essayant plusieurs fois jusqu’au succès. Le fait d’échouer vous permet de prendre conscience que vous pouvez essayer encore une fois avec un plan plus abouti. Le fait d’échouer vous permet d’apprendre les nombreuses facettes de votre projet que vous n’aviez pas prévues. 

Comme d’autres entrepreneurs avant vous, il peut donc être intéressant de vous imprégner de cet état d’esprit “ à l’américaine. L’échec n’est que le début du succès. Google est le maître incontesté du “fast fail” ! C’est en ayant une pile d’échecs qu’il a laissé derrière lui, qu’aujourd’hui il est devenu le géant qui règne sur la Silicone Valley. Le site Killed by Google est l’empreinte de son échec. Il rassemble tous les produits et services que Google n’a pas réussi à vendre. Au lieu de cacher ses échecs, la firme les affiche fièrement et n’hésite pas à en parler. Chez Google, le feedback est roi !

À votre tour de transformer vos échecs en solutions qui vous mèneront vers le succès !

3. La confiance en soi pour maîtriser sa peur de l’échec

Comme évoqué plus haut, le manque de confiance en soi est l’un des facteurs qui nourrit la peur de l’échec. Mais c’est aussi l’une des clés pour dire adieu à cette peur en prenant confiance en soi ! 

Votre échec ne vous définit pas en tant que personne. La honte, la culpabilité, le sentiment d’échec, vous faites souvent de cela une fatalité, pourtant ce n’est pas parce que vous échouez que c’est la fin ! Plutôt que de vous laisser écraser par le poids de vos erreurs, rebondissez et forgez votre confiance sur ces bases. Chacune de ces impasses doit vous permettre de creuser un nouveau tunnel, plus élaboré.

Rappelez-vous que tout comme la réussite, l’échec est une question de perception. Changez votre vision de vous-même et vous ferez évoluer par la même occasion votre interprétation des événements extérieurs.

4. Ne plus avoir peur du jugement des autres  

« L’enfer c’est les autres

Les codes sociaux définissent et font fonctionner le monde. Certains comportements sont acceptés, d’autres non. Il y a des choses que vous pouvez faire et d’autres que vous ne pouvez pas faire par rapport aux jugements de vos semblables en société. Depuis toujours les jugements font partie de vos vies. Être jugés sur vos comportements et vos actions font partie de l’éducation. Vous êtes en évaluation permanente par vos proches, les professeurs, les camarades de classe, les collègues de travail et les patrons par habitude. 

Si bien qu’un radar du jugement s’est développé en chaque personne. Vous êtes susceptible d’être observé et jugé à chaque fois que vous réalisez une action. Au lieu d’ignorer vous restez bloqué dans vos actions et vous paralysez surement. Le naturel et votre personnalité peuvent en être oubliés par peur d’oser d’être vous-même et faire ce que vous aimez.

Méthode contre ce radar à jugement :

Il est temps de trouver une solution pour ne plus porter d’importance au regard des autres. Changez votre vision du jugement, détachez de votre personnalité les critiques d’autrui. En réalité ce n’est que le reflet de leurs propres besoins non comblés. Le jugement fait appel à l’expérience passée ; l’éducation ; au milieu d’évolution ; à la situation à l’instant T. 

Le jugement est une somme de données qui appartient à la personne qui juge et non à la personne jugée. Par exemple, si vous avez rendez-vous avec quelqu’un d’en retard et que vous êtes pressé. Deux types de réactions s’offrent à vous :

  • Vous faites la remarque à la personne lorsqu’elle arrive ; sans lui dire que vous manquez de temps ; elle le prend pour elle et cela génère un conflit ;
  • Deuxième option, vous exprimez vos besoins et vous lui expliquez calmement que vous avez beaucoup de travail en ce moment. La personne ne le prend pas personnellement et vous trouvez une solution ensemble pour optimiser le rendez-vous.

Ne prenez pas les critiques pour vous, soyez conciliant envers vous-même. Vous devrez vous dire que vous êtes assez et avoir une vision positive de votre valeur. Si vous êtes tolérant avec vous-même et tolérant avec les autres ; alors la valeur d’un jugement extérieur n’en sera que plus amoindrie. Vous n’aurez plus besoin de la reconnaissance de vos pairs et de la validation sociale.

5. Se débarrasser de la peur de l’échec du au syndrome de l’imposteur 

Vous êtes-vous déjà senti illégitime ou inapte à endosser un poste qui vous paraît surqualifié par rapport à vos compétences ? Avez-vous confiance en vous sur les missions à faire ? Vous sous-estimez-vous ? Si tel est le cas, vous n’avez pas une vision claire de votre valeur.

Ce syndrome fait naître divers comportements qui nuisent à votre développement personnel. Souvent, la personne qui ressent le syndrome de l’imposteur ne se sent pas à la hauteur. Elle va donc développer des systèmes de défense :

  • Fournir un volume de travail bien plus supérieur à la normale pour combler le manque de compétences perçu ;
  • Se préparer à l’échec car il est plus simple à gérer que la réussite face à ses collègues et à son patron. Un succès est plus dangereux, car il peut permettre aux autres de réaliser que vous êtes un imposteur.

Ces systèmes de défense ne sont pas épanouissants et ne contribuent pas à l’évaluation juste de vos compétences et de votre valeur. Ici, vous devrez faire un travail sur vous et votre estime. Commencez par apprendre vos qualités et vos défauts. Pour cela, une attitude honnête et tolérante devrait être de mise. Prenez confiance en vous, acceptez les compliments et ne surestimez pas la valeur des autres.

6. Utiliser la déception comme trampoline

Vous avez vu qu’échouer était inévitable pour avancer et que cela vous permettait de prendre du recul et d’essayer à nouveau, jusqu’à la réussite. Cependant, entre l’échec et le rebond, il y a l’étape de la déception. Pour pouvoir recommencer et réessayer, vous devrez l’utiliser comme moteur.

Lorsque vous êtes déçu, vous en voulez au monde entier dans un premier temps. Les choses vous semblent injustes et cruelles. Afin de ne pas vous laisser noyer par une attitude négative, il convient de profiter de cette déception. Vous pouvez changer votre vision du monde et établir un nouveau plan plus réaliste pour faire aboutir votre projet.

Cette étape est cruciale. Si elle est bien gérée elle permet de prendre du recul et d’envisager une autre issue, un autre moyen. Faites-vous une raison, pardonnez-vous vos erreurs et recommencez avec un meilleur plan.

7. Arrêter de vouloir être parfait 

Vous l’aurez déjà compris la société française joue un rôle et la culture française est paradoxale ! D’une part nous refusons l’échec, de l’autre nous nous méfions du succès tout en le prônant comme idéal à atteindre. Bizarre, non ? L’idée de perfection est omniprésente.

Vous devez réussir humblement, sans faire d’erreurs ou tout du moins sans montrer vos faiblesses et vos échecs. Rappelez-vous seulement qu’aucune réussite n’existe sans échecs.

Zoom sur Hyères

Tom, 25 ans, a un poste à responsabilité dans une grande entreprise, il exerce dans les Ressources Humaines. Après être sorti de ses études, Tom a endossé ce rôle et a toujours donné le meilleur de lui-même ; voire plus. À chaque dossier à traiter afin de prouver ses compétences il s’épuise. Il n’arrive pas à décrocher et se sent submergé par la charge de travail qu’il s’inflige. De plus en plus stressé à l’idée de devoir rendre autant de dossiers le paralyse et l’empêche d’avancer. À sa rencontre, il fallait que je lui vienne en aide pour libérer ce stresse causé par cette peur de l’échec ! 

Avec Tom, les séances de libération émotionnelle se sont enchaînées. Et lui ont permis d’extérioriser toute cette peur due à la surcharge de travail qu’il s’est infligé ; qu’il n’arrivait pas à évacuer ; ni à contrôler. Après avoir débloqué ses craintes, Tom a fini très fatigué mais il est conscient de ses compétences, a confiance en lui aujourd’hui et sait poser des limites. 

Pascale Garnier, Coach professionnel, me contacter au numéro de téléphone inscrit ici !

Comment se relever après une rupture amoureuse ?

Comment se relever après une rupture amoureuse ?

Comment se relever après une rupture amoureuse ? Pascale Garnier vous aide et vous accompagne sur la voie de la guérison.

Vous venez de vous séparer ? La rupture est-elle difficile à vivre ? Vous n’arrivez pas à la surmonter ? Connaîssez-vous les clés de votre guérison ? Vous arrivez à temps pour vous donner un coup de pied ! 

Comme vu dans un précédent article, “Les relations d’amour homme/femme” l’amour est un grand sujet de discussion dans les relations. C’est un exercice à savoir bien pratiquer pour être heureux. Bien qu’il n’y ait pas d’adéquation parfaite, les efforts à fournir pour s’en rapprocher et pour garder un équilibre sont importants. Il est normal de vivre des passages de colère, de déception, de coupure de communication au sein d’une relation, tant que les deux partenaires ne parviennent pas à se réconcilier. Plus facile à dire qu’à faire, beaucoup n’arrivent pas à arranger les choses et tombent dans des relations toxiques. Comme vu dans cet article “Comment quitter une relation toxique ?” une relation saine peut devenir une relation toxique.

Cet article vous mène à savoir comment détecter la relation toxique, comment la fuir et après comment vous reconstruire. Vous devez arriver à appuyer sur votre bouton d’alerte lorsque vous l’avez détecté. Ensuite commencer à suivre le processus pour y échapper. La rupture peut être parfois inévitable et fera toujours mal. Vous trouverez le chemin de guérison de l’après rupture dans lequel je vais vous accompagner.

Une rupture amoureuse est un véritable bulldozer dans la vie des partenaire. Elle est parfois très difficile à dépasser et très douloureuse à vivre. Mais on peut en guérir. À condition de suivre les étapes de ce deuil pour s’ouvrir à nouveau à la vie et à l’amour. Qu’une relation amoureuse ait duré quelques semaines ou plusieurs années, une séparation fait toujours mal. Et pour s’en sortir nous passons bien souvent par différentes étapes. Comparables à certaines que l’on retrouve dans le processus de deuil.

Pourquoi une rupture est-elle aussi douloureuse ?

La rupture est douloureuse pour tout le monde mais est surmontable ! La libération émotionnelle par Pascale Garnier vous aidera à aller mieux !

Tous les couples qui se séparent passent généralement par les mêmes étapes. Chaque histoire d’amour est différente mais une rupture amoureuse est toujours douloureuse. 

Semblable à une blessure physique, on distingue plusieurs types de douleurs ressentis après une rupture amoureuse. Au moment d’une séparation, vous faîtes face au décrochage de l’autre personne. L’attachement à l’autre personne ressemble à une addiction qui crée un vide au quotidien. Au-delà de se concentrer sur l’autre personne, une question d’amour-propre se pose lors d’une séparation amoureuse. Vous prenez un coup au moral. À votre amour-propre et des symptômes apparaissent. Comme le sentiment de ne plus être digne d’être aimé, le questionnement à savoir si “on a mérité ça” s’enclenche. 

Parfois la séparation ne concerne pas que nous ; mais les projets de vie commune future, de mariage, d’enfants, de maison… Ces petites choses et bien d’autres auxquelles vous étiez attachées doivent être endeuillées ainsi que votre relation. Une séparation est une période “en vrac” difficile à traverser et à surmonter. Celle-ci compte plusieurs choses à régler en même temps. 

Trois raisons à la puissance de la douleur ont été repérées : 

  • la perte de l’être aimé : la douleur causée par l’absence physique et psychologique de l’autre. 
  • la perte du fantasme de la relation : les ambitions communes et projection de soi gâchées.
  • la remise en question personnelle : questionnement lié aux croyances individuelles de chacun, les blessures enfouies comme la peur de l’abandon.

Certaines personnes sont plus enclines à vivre une séparation douloureuse : 

  • Les dépendants affectifs : Les personnes ont tendance à vivre plus mal la séparation  jetant leur dévolu sur l’autre, elles cherchent la passion et l’exclusivité mais finissent surtout par étouffer et faire fuir leur partenaire.
  • Les personnes jalouses : le manque de confiance en soi crée un raisonnement dévalorisant comme “sa vie sans moi est meilleure”.

Quels sont les symptômes physiques et mentaux de cette douleur due à la séparation ?

La rupture amoureuse provoque une douleur qui nous anime. Plusieurs phases peuvent survenir et changer votre comportement

J’ai déjà pu constater différents comportements souffrants de la séparation. J’ai pu distinguer : 

  • L’état dépressif : comme  vu dans un article précédent la dépression est fréquente et peut atteindre n’importe qui. La personne atteinte peut devenir insomniaque, avoir des nausées et une perte de motivation. Ou au contraire, une dépression “souriante”. La personne atteinte va occuper au maximum son temps avec des activités et sorties afin de camoufler son mal-être.
  • L’obsession des réseaux sociaux : devenir dépendant et développer un comportement obsessionnel des réseaux sociaux afin de s’y réfugier. 
  • La réaction psychosomatique : il est bien connu que les douleurs ressenties psychologiquement ont des répercussions sur le physique. En effet, il peut y avoir des conséquences somatiques. C’est-à-dire des problèmes d’articulation aux genoux qui relate un conflit entre le “je” et “nous”.
  • Le syndrôme du cœur brisé : souvent négligée, la sensation de cœur brisé existe bien. Suite à un stress émotionnel ou physique qui entraîne une défaillance cardiaque. Aussi dangereux qu’un infarctus, il ne faut pas ignorer son existence.

Comment vit-on une rupture ?

Vivre une rupture se déroule en plusieurs étape, la libération émotionnelle peut libérer vos émotions qui vous emprisonne

Souvent assimilé à un décès, lors de la séparation, la relation doit être endeuillée. En effet, on compare souvent lorsque l’on met fin à une relation avec une personne avec qui on partageait sa vie à un décès ainsi que le processus de guérison. En psychologie, la même courbe permettant de retracer les étapes émotionnelles que l’on doit franchir lors d’une séparation et lors d’un décès est utilisée. Je vous propose de découvrir les étapes par lesquelles vous passez lorsque vous vous séparez de quelqu’un.

Le choc de la séparation

La courbe débute avec un plongeon. C’est le moment de l’état de choc émotionnel de la nouvelle qui vous tombe dessus. Le syndrôme du cœur brisé peut se créer dès cette première étape. Vous entrez directement dans une phase de déni. Vous vous voilez la face et ne vous permet pas de prendre conscience de la réalité. On entend souvent à ce moment là “ce n’est pas possible ; ça ne peut pas m’arriver à moi ; ce n’est pas fini ». 

Un mélange des émotions

Après ce premier combat contre la prise de conscience, s’ensuit un combat entre les émotions. La colère et l’espoir de pouvoir trouver une solution et recoller les morceaux s’entrechoquent. La colère contre la personne, contre vous-même éclate et vous met dans tous vos états. L’espoir vous permet de canaliser cette colère et le choc mais vous heurte et vous rappelle la souffrance. Les douleurs physiques peuvent apparaître dès maintenant, la transition entre le “je” et le “nous” peut être difficile à vivre.

Une tristesse profonde

Une fois après avoir pris conscience. Que la séparation est bel et bien actée, une tristesse profonde peut se faire ressentir. C’est à ce moment-là qu’il faut rester vigilant. Ne pas tomber dans un état dépressif ou addictif aux réseaux sociaux. À cet étape là, vous broyez du noir. Vous vous faîtes du mal en vous répétant des choses rabaissantes comme “j’ai tout gâché ; je ne retrouverai jamais l’amour ; je ne veux plus vivre de relation ça fait trop mal”. 

L’acceptation de la rupture

Lorsque vous arrivez à cette étape, vous arrivez presque à la fin du chemin. L’acceptation de la situation marque la fin du processus. Accepter la séparation amoureuse c’est se dire que “c’est la vie ; c’est comme ça ; je ne peux rien y changer” et petit à petit vous prenez du recul et relativisez la situation pour vous relever. Grâce à cette étape, vous sortez enfin la tête de l’eau et vous allez de mieux en mieux. Ce qui était insurmontable et dramatique, l’est doucement moins.

Le début d’un nouveau chapitre

Finalement pour clôre ce chapitre et entamer la phase de “se relever”, vous finissez par retrouver une bonne énergie ; reprendre goût à la vie ; à vous ouvrir à nouveau aux autres et peut-être à d’anciennes activités que vous ne pouviez plus faire ; avoir de nouveau projet… C’est aussi à cette dernière étape que vous vous rendrez compte de votre acheminement pour en arriver ici.

Comment se remettre d’une séparation ?

Comment se remettre d'une rupture ? Les clés pour se remettre d'une séparation sont proposées

Les clés pour se remettre d’une séparation

Se remettre d’une séparation n’est pas simple et nécessite beaucoup d’efforts. Il est avant tout question d’état d’esprit. Il faut arriver à être dans de bonnes conditions spirituelles afin de mieux s’en remettre.

  • Ne pas « mélancoliser » l’existence : parfois le chagrin est bon compagnon. On l’apprécie parce qu’il procure une forte émotion qui nous rend vivant. La douleur tiraillante du cœur brisé qui nous vibrer. Pour autant, il ne faut pas dramatiser à croire qu’il n’y a que cette émotion, pas si agréable, qui vous permet de vous sentir en vie. Le chagrin vous mènera à accepter la séparation.
  • Prendre conscience du processus de guérison par lequel on va passer : comme évoqué ci-dessus, la séparation n’est pas fatale. Un processus s’enclenche instantanément après celle-ci. Tout le monde s’en remet plus ou moins, il faut seulement s’en donner les moyens. N’hésitez pas à demander de l’aide pour franchir les étapes les plus difficiles pour vous. La séparation reste tout de même difficile et l’important est de passer les étapes. Rien ne vous oblige à le faire seul. Si vous voyez que vous stagnez, vous pouvez toujours vous tourner vers un thérapeute.
  • D’être indulgent avec soi-même : l’erreur est de croire que tout le monde guérit au même rythme. Laissez-vous le temps d’aller mieux et laissez le temps à vos blessures de cicatriser. Ne vous précipitez à penser qu’il faut absolument retrouver sa joie de vivre après une séparation. Comme évoqué plus haut cela peut être indicateur d’une dépression souriante. Accepter que vous allez mal et qu’il vous faut un moment pour l’être et vous en remettre.
  • Redorer l’estime de soi et se recentrer sur soi-même : bien que cela peut prendre plus ou moins de temps, veillez à ne pas vous dévaloriser ni perdre votre amour propre ni votre estime de vous-même. Rester optimiste. Apprenez à vous aimer et à vous apporter ce bonheur que vous apportiez à votre ex.
  • De se rappeler que vous allez vous en sortir : la séparation est difficile à vivre mais surmontable. Bien que vous ayez conscience du processus de guérison, si vous ne le voyez pas, gardez en tête que vous allez y arriver. Si vous êtes déjà passé par là, rappelez-vous que vous y êtes déjà arrivé !

Après avoir sondé votre attitude, c’est au tour de votre comportement d’être sondé. 

Tout d’abord il faut éliminer de votre vie tout ce qui vous amène à penser à l’autre. N’hésitez pas à vous débarrasser de photos, vêtements, cadeaux etc. Par le biais matériel vous garderez toujours sa présence, si vous ne vous en séparez pas non plus. Vous pouvez soit les mettre de côté, les jeter ou bien le lui rendre.

Afin d’extérioriser cette séparation et les émotions qu’elle a pu causer, il faut parler. N’hésitez pas à parler, parler, parler et parler. Il faut sortir de votre tête votre chagrin ; votre colère ; vos regrets et toutes les idées qui passent dans votre esprit et aussi longtemps que vous le ressentez. Il faut laisser émerger ce qui remonte de votre inconscient afin de sortir de la perte de l’autre. Vous pouvez en parler à un ami ou bien à un thérapeute. 

Il faut que vous preniez le temps nécessaire pour faire le deuil de votre relation. Cette étape est indispensable pour redéfinir ; reconsidérer vos attentes et connaître ce que vous voulez et ce que vous ne voulez plus. 

Assurez-vous d’être bien entouré afin de ne pas être seul et chasser le négatif. Même si l’isolement peut parfois faire du bien, garder contact avec l’extérieur et accepter l’aide que vous pouvez avoir. Ne garder que du positif, de l’empathie et de la bienveillance autour de vous. Dans ces moments, la négativité n’est pas la bienvenue.  

Apprenez à vivre un jour après l’autre, l’objectif est d’avancer petit à petit, un peu chaque jour. Pensez à vivre pleinement vos journées. Faire ce que vous avez envie de faire, rire avec vos amis et/ou vos collègues de travail. Habituez-vous à avoir un comportement positif même si cela peut être compliqué. Cela vous aidera à aller mieux par la suite de manière naturelle.

Se remettre d'une rupture peut-être difficile mais ce n'est qu'une question de volonté !

Plus vous serez positif, plus vous serez enclin à accepter la séparation et à accueillir les petites choses qui vous feront vous sentir mieux. Plus vous passerez de bons moments, moins il y aura de tristesse chez vous. Occupez-vous, vous voulez passer du temps avec une copine, vous voulez reprendre la peinture, vous voulez vous offrir un massage, vous voulez aller faire un footing ou vous voulez réaliser quelques postures de yoga…

Faîtes-le ! Toutes ces choses que vous aviez mises de côté, qui vous font pourtant du bien. Pensez-y maintenant que vous avez plus de temps pour vous. Vous devez devenir votre priorité.

Je vous propose également de donner un nouvel air à votre vie en apprenant de nouvelles choses. Redécorer votre intérieur ; déplacer la disposition de votre intérieur ; vous pouvez également renouveler votre garde-robe ; changer de coiffure ou couleur de cheveux ; essayer une nouvelle activité sportive ou une activité manuelle.

https://youtu.be/tdvYQ8sjc4c

Montréal

Cécile, 32 ans, six mois et trois jours. C’est le décompte qu’elle fait depuis que son compagnon l’a quittée après cinq ans de relation. Réel tremblement de terre pour cette jeune femme qui n’arrive pas à s’en remettre. Elle avoue “Je refais le film de cette journée en boucle. J’essaie de passer en revue tout ce qui aurait pu m’échapper. Si je pouvais comprendre, j’irais mieux, il me reste des questions et le manque”.

Pascale Garnier, coach en développement personnel, je peux vous accompagner à surmonter votre séparation. La libération émotionnelle. Cette méthode appelée aussi NERTI a été créée par Luc GEIGER, Maître Praticien en Programmation Neurolinguistique, en Sophrologie, en Hypnose Ericksonienne, depuis 35 ans. Elle consiste à guider la personne à « rentrer » dans ses sensations corporelles ; à les laisser évoluer voire « monter » en puissance ; à suivre leurs déplacements dans le corps ; jusqu’à ce que le cerveau comprenne que le sujet ne va pas mourir. Cette mémoire encombrante n’a plus lieu d’être conservée. Le but est d’éliminer des émotions en les faisant ressortir, que ce soit le sentiment de rejet ; d’abandon ; de tristesse ou bien la colère.

Avec Cécile les séances de libération émotionnelle se sont enchaînées. Elles lui ont permis d’extérioriser toutes les émotions qu’elle n’arrivait pas à contrôler ni à exprimer suite à sa rupture. Après avoir libéré son mal-être, Cécile a fini très fatiguée. Mais aujourd’hui elle ressent de la place pour accueillir et ressentir de nouvelles émotions. 

Pascale Garnier, coach, vous retrouverez ses coordonnées !
La dépression : comment en sortir ?

La dépression : comment en sortir ?

Dans mon article “L’hypnose : ouvrez la porte à votre esprit », j’évoquais l’importance de l’hypnothérapie dans nos vies. Que cela soit pour apprendre à mieux vous connaître ou vous apaiser.  Ainsi, je vous listais les bienfaits de l’hypnothérapie dans différents domaines, comme la perte de poids, la relaxation, ainsi que la dépression.

Qu’est ce que la dépression ? Il s’agit d’une maladie psychique souvent caractérisée par des troubles de l’humeur (que cela soit de tristesse ou de perte de plaisir), qui peut perturber la vie quotidienne. Il existe de nombreux facteurs psychologiques, biologiques et environnementaux qui sont en cause dans son apparition.

La dépression est une phase qui peut intervenir dans la vie de n'importe qui à plus ou moins forte conséquence, elle peut malgré tout être combattu grâce à un suivi avec la méthode de l'hypnose de Pascale Garnier

La dépression que l’on peut aussi appeler dans notre langage courant « dépression nerveuse” n’est pas simplement un coup de déprime ou encore une tristesse passagère. Il s’agit réellement d’une maladie psychique. Les troubles de l’humeur sont régulièrement accompagnés par des visions très pessimistes de soi-même ou du monde.

Les troubles de l’humeur donnent lieu à une humeur dépressive qui peut durer deux semaines et être ressentie de plusieurs manières différentes tout au long de notre vie du quotidien à travers la perte de sommeil, un manque d’appétit, isolement etc.

Pour sortir de cet état de dépression, la volonté seule n’aide pas forcément. Par conséquent il est important qu’elle soit soignée afin que cela ne se complique pas ou que cela devienne chronique.

À travers cet article, je vous propose de découvrir comment identifier une dépression. Les différents types de dépressions, en quoi l’hypnose vous aide et d’autres petits tips vous seront présentés.

 LA DÉPRESSION 

Sortir de la dépression n'est pas si simple. Un coaching peut être nécessaire pour votre développement personnel.

La dépression peut être le résultat de nombreux et variés mécanismes peu voire pas connus. Certains événements de la vie peuvent être la cause de l’arrivée d’une dépression, ils peuvent remonter à plusieurs années, jusqu’à l’enfance. Voici quelques exemples de causes : une relation avec nos parents qui a été perturbée, une expérience difficile, un décès ou encore une perte d’emploi.

D’autres causes peuvent aussi favoriser l’arrivée d’une dépression comme un handicap, l’alcool ou le tabac. Parfois la dépression peut aussi survenir à cause d’un facteur génétique ou d’un trait de caractère spécifique comme une forte timidité ou une forte tristesse.

Étant mal perçue dans notre société, la dépression n’est pas reconnu par beaucoup de personnes qui la renie. Ces personnes auront beaucoup de culpabilité et de honte vis-à-vis de cette maladie, ce qui ne les aidera pas forcément. Par conséquent, elles tenteront alors de camoufler leur détresse. De plusieurs façons en travaillant énormément, en mangeant ou par la prise de médicament, tout cela dans l’objectif d’oublier. 

Les ignorer ne permet que de descendre dans les abîmes de la dépression. Pour éviter cela, il est nécessaire d’admettre que l’on perd un peu pied. Alors ce qui de surcroît permettra d’augmenter les chances de sortir de cette maladie.    

Pour concrétiser mes dires, je vais vous parler de Jasmine. Jasmine, au début de sa procédure de divorce, était sous antidépresseurs. De plus elle n’était plus présente à son travail d’une manière aussi régulière qu’auparavant. Plusieurs idées noires accompagnaient ses pensées et pour finir elle n’avait plus de vie sociale. Divorcer de son mari, sans ses enfants à la maison, lui faisait peur. Elle ne voyait plus aucun sens à sa vie et ressentait une profonde honte à cause du divorce. 

Finalement Jasmine a accepté son état et a pu finalement tirer la sonnette d’alarme auprès de son médecin.

Voici quelques autres symptômes de la dépression : 

  • Difficultés de concentration, trous de mémoire, baisse de la vigilance, difficulté à suivre ou participer à une conversation, indécision forte face à des choix simples.
  • Prise de poid ou perte poid significative prouvant une grande variation du poids (5% de la masse corporelle au minimum) 
  • Divers  troubles du sommeil qui peuvent se  manifester par une insomnie (difficulté d’endormissement, réveil nocturne) ou une hypersomnie (envie fréquente de dormir, volonté consciente ou inconsciente de trouver refuge dans le sommeil) ; mais aussi la sensation de fatigue dès le matin.                                      

Différents types de dépressions

Plusieurs types de dépression existe, solliciter un professionnel pour vous aider est une bonne idée.

Comme une maladie classique, la dépression peut se présenter sous différentes formes. En voici quelques-unes.

Tout d’abord, l’état dépressif. La dépression est un trouble psychologique qui met en avant un état dépressif. Comme expliquée plus haut, cela peut se traduire par une baisse de l’humeur, un manque de plaisir dans la pratique d’une activité qui habituellement nous donne du plaisir (cuisiner, courir etc..), de la culpabilité, une faible estime de soi. Cela peut aussi se traduire par un manque de sommeil ou une perte d’appétit avec des idées suicidaires. Les états dépressifs, comme a vécu Jasmine, sont effectivement traités par des antidépresseurs.

  • Ensuite, on peut parler de dépression chronique lorsque la dépression dure pendant au moins deux ans.
  • Il existe aussi la dépression réactionnelle, causée via un événement marquant.  Les personnes atteintes de dépression réactionnelle sont assujettie à des pleurs intempestifs. Elles manifestent des symptômes liés à la dépression classique. 

Nombreuses sont les mamans qui, après avoir donné naissance, souffrent de la dépression post-partum. Celle-ci présente les mêmes symptômes qu’une dépression classique en rajoutant des troubles de l’interaction avec l’enfant.

Il existe la dépression saisonnière. Une baisse de la lumière qui survient généralement à l’automne et au tout début de l’hiver la provoque. Elle touche principalement les enfants et les femmes.

La dépression cible les individus : 

  • La femme : par rapport à l’homme souffre deux fois plus de dépression. La cause principale est liée aux nombreuses modifications hormonales (puberté, grossesse, cycles menstruels). L’une d’elles, comme la ménopause, peut être vue comme THE changement existentiel majeur. La femme devra accepter cette idée que ce ne sera plus possible pour elle d’avoir des enfants. Accepter cela peut engendrer de grands bouleversements, souvent psychologiques
  • Chez l’enfant : celle-ci peut se caractériser par le fait qu’elle soit plus bruyante que pour les autres individus. Elle est liée par divers troubles du comportement, irritabilité, crise de nerf, agitation, difficultés à l’école.
  • Chez l’adolescent : l’individu dans sa phase d’adolescence, se retrouve dans une période de transition. Dans cette phase-là, l’enfant devenu adolescent doit dire au revoir à ses rêves d’enfants. Chez l’adolescent, cela peut se traduire par une conduite à risque en commençant à boire ou à fumer et en ayant des difficultés avec l’autorité. 

Tester l’hypnose 

L'hypnose est une méthode qui travaille sur l'inconscient. Dirigée par un professionnel lors de coaching, cette méthode peut vous aider à guérir d'une dépression.

Afin de vous sortir de la dépression, de manière plus naturelle sans faire appel à des médicaments comme des antidépresseurs, vous pouvez essayer l’hypnose. En faisant appel à l’hypnose Ericksonnienne, psychiatre américain en 1937. Cette nouvelle méthode, a profondément changé la thérapie et est à l’origine de la programmation Neuro-Linguistique.

L’hypnose vous permet d’entrer dans un état de conscience qui sera modifié. Cet état fait partie de notre vie de tous les jours, notamment dans les moments où vous êtes dans la lune par exemple.

L’hypnose permet de détourner les barrières logiques ou la raison afin de permettre au patient de trouver son état d’inconscience. Grâce à l’hypnose vous allez pouvoir bénéficier de résultats rapides.

Attention cette méthode n’a rien à voir avec de l’hypnose de spectacle.

Lorsque Jasmine a sonné le signal d’alarme auprès de son médecin, celle-ci se tourne vers un thérapeute spécialiste de l’hypnose. Jasmine a alors eu des séances de travail sous hypnose. Les résultats se sont vite manifestés, avec notamment un sentiment de sécurité. Elle a alors compris qu’avec sa toute nouvelle procédure de divorce, l’équilibre dans lequel elle vivait s’effaçait. En vivant l’expérience de l’hypnose, elle a très vite compris qu’elle pouvait et était toujours capable de vivre même sans son mari.

L’hypnose permet au patient de faire la paix avec ce qu’il a perdu. Le travail avec l’hypnose permet de laisser place à la parole par la perception et la sensation corporelles. Comme évoqué auparavant, certains de ces troubles liés à la dépression se font ressentir dans le corps. Faire appel à cette technique aide à se reconcentrer sur soi-même.

Des conseils supplémentaires pour aider une personne en dépression

Pascale Garnier, coach professionnelle, vous vient en aide et vous propose des méthodes pour votre développement personnel.
  • Éviter de faire ressentir de la culpabilité au malade : si les proches ne comprennent pas le mal être et ses raisons, ils peuvent penser à tort, que les personnes atteintes de dépression en sont responsables et peuvent être désagréables en faisant des reproches. Il faut donc éviter au plus possible ces derniers.
  • Soutenir et écouter : il est important de prendre le temps d’écouter la personne malade et de se montrer rassurant. Il est important de ne pas l’infantiliser.
  • Petits gestes importants :  Vous allez penser que le fait d’être présent et à l’écoute ne sert à rien. Or la personne sera sensible à cela tout de même. Tous vos efforts vont l’encourager même dans son état dépressif.

https://youtu.be/RWrEHBZDiLI

ZOOM SUR BAYONNE avec Eva

Eva avait vécu beaucoup de traumatismes tout au long de l’année 2019. Suicide d’un ami, perte brutale de sa soeur, perte d’emploi. Pendant plusieurs mois, Eva ne prêtait pas attention aux signes de la dépression. Grâce à l’aide d’une amie, qui lui a rapporté les bienfaits des médecines douces et par conséquent de l’hypnose, a pris rendez-vous avec moi. 

“ Au bout de seulement 3 séances, je me suis sentie apaisée. J’ai réussi à faire la paix avec certains traumatismes que j’ai vécus. “

Comment avoir confiance en soi ?

Comment avoir confiance en soi ?

Vous vous dévalorisez ? Vous avez un esprit négatif et vous êtes entourés de personnes négatives Vous êtes perfectionnistes, vous ignorez et étouffez vos émotions négatives ? Alors vous êtes bien “tombés” ! Vous manquez de confiance en vous et je vais vous donner les clés pour acquérir cette confiance. 

Vous êtes à l’heure pour notre rendez-vous mensuel. Des conseils et des solutions d’experts qui vous permettront de résoudre vos problématiques sont pour vous.  L’intuition est une méthode puissante qui vous permettra d’entendre votre voix intérieure et qui vous guidera. Lorsque des circonstances vous mettent dans une situation d’inconfort, il faut arriver à écouter et faire confiance à sa petite voix intérieure. 

La confiance en soi 

Savez-vous que cette capacité est innée ? Alors comment peut-on trouver autant de personnes souffrantes de manque de confiance en soi ?

Avoir confiance en soi se formera grâce au coaching et développement personnel, votre formation vous aidera à acquérir cette notion qui vous mène vers le bonheur

Mais rassurez-vous, il n’y a pas de fatalité, on peut retrouver sa confiance en soi à tout moment à condition de changer certaines façons d’être et de faire. Certains assurent en manquer et se comportent avec aisance contrairement à d’autres qui n’arrivent pas à se décontracter en public. Peu importe sa forme, le manque de confiance en vous reste un frein à votre épanouissement personnel. 

Nous avons vu précédemment dans “Apprendre à faire confiance aux autres” les raisons pour lesquelles vous n’arrivez probablement pas à faire confiance aux autres ainsi que les solutions pour y remédier. L’enfance et la méfiance sont les facteurs de ce manque de confiance en les autres. En effet, la première relation que l’on établit est celle avec nos parents, si celle-ci est défectueuse ou se détériore, nous perdons instinctivement la notion de confiance  en tout le monde et le facteur de méfiance s’active. Se méfier de toutes les personnes que vous rencontrez n’est pas un défaut aux premiers abords mais il ne faut pas rater des expériences de vie et des relations qui pourraient vous enrichir et être pour vous source de bonheur.

Avoir confiance peut être un risque pour vous à prendre mais cela peut être aussi un challenge. La peur de l’échec et la déception générées sont normales mais ne doivent pas vous empêcher de vivre.Alors avant de vouloir “Apprendre à faire confiance aux autres” comme vu dans un article précédent, la priorité est de régler ce problème de  confiance en interne. 

Apprendre à avoir confiance en soi

Pourtant innée, les épreuves de la vie peuvent nous faire perdre confiance en nous. Je vous propose différentes étapes à suivre pour reprendre confiance en vous. 

  1. De quel manque de confiance en moi suis-je victime ?

On distingue quatres types de confiance différentes :

  • la confiance de base : appelée “sécurité intérieure” à savoir votre sentiment d’être à votre place.
  • la confiance en votre personne propre : vos sensations, émotions, capacité à affirmer vos désirs et vos besoins.
  • l’une en vos compétences : votre intelligence, vos talents et vos connaissances.
  • l’autre relationnelle : votre capacité à tisser des liens durables. 

Pour correspondre à votre/vos types de manque de confiance, je vous conseille de lister une vingtaine de qualités pour que vos yeux s’éclairent sur votre personnalité et les aspects positifs que vous avez du mal à voir. Si vous avez du mal à identifier vos qualités. Vous pouvez vous aider d’internet qui vous proposera une liste de qualités. Vous pouvez également demander aux membres de votre entourage de citer les qualités qu’ils reconnaissent en vous. Cette méthode vous permettra de vous rendre compte de ce qui vous constitue.

  1. Voulez-vous évoluer ?

Il est important que vous soyez conscient des conséquences négatives en vous afin d’être votre propre moteur de motivation. Posez-vous et analysez votre comportement et votre attitude afin d’identifier ceux qui sont créés par ce manque de confiance. Ensuite, observez de quelle manière cela vous affecte et vous limite dans vos plans (professionnel, familial, amoureux, amical.) Et terminez par vous focaliser sur vos difficultés pour trouver des solutions, les points à améliorer pour évoluer et les régler.

C'est avant tout un choix d'être aidé et suivre une formation de développement personnel, il faut vouloir le bonheur.

Le manque de confiance en soi est aussi un refuge ! Bien que le manque de confiance en soi crée un obstacle dans votre vie c’est peut-être aussi un choix. En effet, c’est un mécanisme que vous-même avez mis en place et qui peut vous arranger d’une certaine manière à certains moments même s’il est difficile de l’admettre.

Ce manque de confiance en soi peut aussi être bénéfique, vous pouvez vous dire “ce manque de confiance me permet de me construire une barrière et me protéger de ceux qui me feraient du mal” ou “de faire cette mission que je n’aime pas”.

Plusieurs possibilités se cachent derrière le manque de confiance en vous et qui ne vous dérange pas dans ces cas là. Voulez-vous vivre avec ce manque de confiance ou voulez-vous apprendre à vous faire confiance ? Ce manque de confiance qui vous empêche de vivre est-il plus bénéfique ?

  1. Comment restaurer votre sécurité intérieure ?

Les critiques et/ou des méchancetés gratuites, comme “Tu es nul, tu es incapable” ne vous définissent pas. Et même si quelqu’un vous le répète constamment, vous n’êtes pas ce que l’on dit de vous. Vous seul savez de quoi vous êtes capable et vous seul pouvez en juger. Ainsi vous avez un pouvoir sur ces phrases. Une fois entendues vous pouvez les rejeter directement. Si vous avez du mal à vous en débarrasser, je vous propose un petit exercice.

Vous pouvez vous les répéter. À bon escient bien sûr, dans votre tête ou à voix haute, vous pouvez accélérer ou ralentir le rythme de cette phrase en augmentant ou baissant le ton. Après avoir joué à ce jeu, vous vous rendrez compte que vous seul contrôlez ces phrases. Vous devez instaurer ou restaurer votre sécurité intérieure afin de ne pas réagir et remettre en doute vos capacités. Je vous conseille de pratiquer la respiration abdominale. C’est-à-dire respirer profondément plusieurs fois dans la journée, jusqu’au bas de votre colonne vertébrale.

Privilégiez cet exercice en mouvement lorsque vous marchez en pesant votre poids sur le sol. Vous pouvez effectuer cet exercice à plusieurs avec un contact physique afin de transmettre vos énergies. Le fait d’être touché ou de toucher quelqu’un prolonge votre conscience jusque dans le corps de l’autre.

  1. Par quel moyen vais-je m’accepter ?

S’accepter est une des clés du bonheur. Il est important d’avoir conscience que tout le monde a des défauts et qu’il convient de les accepter. Cela vous fait partie de vous. Ne pas les aimer et/ou les renier ne vous aidera pas à avoir confiance en vous. Vos défauts vous définissent et font partie de votre identité. Bien que vous ayez des défauts, il ne faut pas garder des comportements toxiques envers vous-même et autrui. Annoncer que vous êtes quelqu’un de rancunier et que vous l’acceptez ne vous rendra pas heureux.

Certains défauts ont plus d’impact que d’autres sur vous et sur les autres. La rancœur est un vilain défaut qui vous détruit plus de l’intérieur, qu’elle ne détruit autrui. Contrairement à l’impulsivité, qui est un défaut, qui a autant d’impacts sur vous et sur les personnes qui la subissent. Certains défauts doivent être contrôlés pour éviter de vous nuire et nuire aux autres. 

S'accepter est incontournable dans votre développement personnel pour atteindre le bonheur. Notion qui se développe lors de votre accompagnement vous évoluerez naturellement.

« Accepter ce qui ne peut être changé, modifier ce qui peut l’être et avoir la sagesse de distinguer l’un de l’autre ». 

Sans cela, vous n’arriverez pas à transmettre les bonnes énergies que vous voulez envoyer aux autres. En effet l’entourage peut percevoir des signaux que vous envoyez consciemment ou inconsciemment et ils y répondent. Lorsque vous êtes dans une optique négative, vous vous mettrez automatiquement en retrait. Les personnes autour de vous le ressentiront et n’auront pas envie de venir vers vous. La vie est un jeu à effet miroir, vous ne recevrez que ce que vous renvoyez. D’où l’importance d’acquérir une sérénité d’esprit. En créant des croyances sur vous, vous pourrez les retranscrire dans vos attitudes et comportements qui vous ouvriront des portes. 

  1. Comment acquérir l’état d’esprit qui me permettra d’avoir confiance en moi ?

Je vous conseille de prendre quelqu’un pour modèle, pour vous aider à prendre confiance en vous au début. Vous pouvez choisir une personne à qui vous aimeriez ressembler. Que ce soit quelqu’un de proche de vous ou quelqu’un de connu. Avec qui vous partagez les mêmes valeurs, la même façon de penser. Avoir confiance en soi c’est d’agir comme si c’était le cas même si vous ne le ressentez pas réellement. Vous aurez besoin encore d’apprendre à ne pas vous occuper du regard des autres. Restez focalisé sur vos objectifs. Sans être égocentrique, concentrez-vous uniquement sur ce que vous ressentez. Vous êtes en période de construction, vous n’avez besoin que de vous et de personne d’autre pour y arriver. 

Ensuite prenez soin de vous. Par exemple, vous pouvez prendre du temps pour votre physique en faisant du sport ou une diète. Ne tombez pas dans l’excès, ne mettez pas votre corps en danger. Vous pouvez également prendre du temps à faire une séance de soin du visage et corporel.

Faites l’effort de sourire. Le sourire est un des plus beaux signaux que vous pourrez renvoyer. Il vous fait paraître de bonne humeur, amical et chaleureux. Si vous n’y arrivez pas, détendez votre visage pour paraître calme et relaxé. Pour vous comme pour autrui, sourire vous fera du bien. Ainsi vous pourrez accueillir les compliments et les accepter de bon cœur. Le premier compliment que vous recevrez vous prouvera que vos efforts paient !

Reprendre confiance en soi pendant la journée 

Nous vous conseillons chaque jour de prendre un moment seule pour respirer. Essentiel pour votre équilibre et votre bien-être, la solitude permet de s’accorder une pause dans la journée. Pouvoir prendre le recul nécessaire et s’écouter est à privilégier. Ce petit temps sans être interrompu, est un moment pour vous réconforter et vous ressourcer. N’hésitez pas à vous faire plaisir ! Accordez-vous un petit délice. Quelque chose qui vous fera vous sentir bien et détendu. En parlant de détente, tenter peut-être l’expérience d’une activité de relaxation comme le yoga ou la méditation ? 

Afin de vous recentrer sur vous même, les pauses sont importantes dans la journée et sont conseillés pour votre bonheur journalier. Elément important pour votre développement personnel, ne les négligez pas.

Faites un bilan de votre journée ! Prenez cinq minutes d’introspection et posez vous les bonnes questions : “Ai-je atteint mes objectifs ?”, “Qu’est-ce qui m’a satisfait aujourd’hui ?”, “Que puis-je améliorer ?”, « Quel a été mon moment préféré ?” fonctionné pour vous dans la journée. Pour cela, vous pouvez écrire.

Tenez un journal dans lequel vous vous poserez vos questions et y répondrez. Vous pourrez également extérioriser vos ressentis et vos émotions par écrit pour les canaliser. N’oubliez pas d’avoir un regard positif sur vous-même et ce que vous faites afin de valoriser vos réussites et même vos échecs.

Ne vous faites pas de reproche, demain est un autre jour, vous pourrez recommencer et tenter de mieux réussir cette fois. 

Pour reprendre confiance en soi, vous devez vous fixer des objectifs simples et atteignables. Lorsque vous vous fixez des objectifs trop élevés et trop éloignés de vos capacités, vous aurez l’effet inverse. N’arrivant pas à les toucher du doigt vous serez votre propre démotivation. Vous devez vous rapprocher de vos objectifs en vous fixant des étapes à franchir. Ne soyez pas impatient, prenez le temps qu’il vous faut afin d’arriver à vos fins. Afin d’y voir plus clair et de pouvoir vous organiser efficacement. Vous pouvez lister les étapes par lesquelles vous devez passer pour y arriver ainsi que marquer les efforts à fournir. 

C’est également l’occasion de vous lancer de nouveaux projets. Tenter l’inconnu et prendre des risques sont les meilleurs moyens pour vous connaître, tester vos limites et vous surprendre. 

ZOOM sur Vannes

L'intuition est une méthode que Pascale Garnier propose lors de coaching. Elle vous accompagne dans votre développement personnel et vous aide à atteindre le bonheur.

Anne, 45 ans, divorcée depuis peu avec son ex-mari avec qui elle a partagé 25 ans de mariage et de vie commune, se retrouve seule face à la vie. Brisée et abattue par son divorce, elle n’a plus confiance en elle. Elle a perdu confiance en son propre nom et en son sens relationnel. J’ai rapidement compris qu’elle était perdue et qu’il fallait que je renoue la communication d’elle à elle-même. Nous avons alors commencé un travail d’écoute grâce à la pratique de l’intuition. L’important pour elle était avant tout de se retrouver et de s’écouter afin de reconnaître ses émotions pour pouvoir les assumer.

Difficile quand on sort d’un divorce et qu’on rentre dans la phase de déni et du sur-  contrôle de ses émotions. Après plusieurs séances à extérioriser ses sentiments grâce à sa voix intérieure. Anne a fini par avoir le visage plus éclairé et détendu. Dans la deuxième phase du travail, il faut mettre en lumière ses nouveaux besoins et la façon dont elle peut les affirmer pour rebâtir sa confiance relationnelle.

Pascale Garnier, coach personnel, vous propose son aide et des solutions à vos problématiques. Accompagnement, coaching, méthodes sont à la carte.

Faire la paix avec son passé

Faire la paix avec son passé

Pascale Garnier coach à Pélissanne

Faire la paix avec son passé

Découvrez comment faire la paix avec son passé

Combien de fois vous sentez-vous happé(e)s par la nostalgie ? Vous savez, pas la douce nostalgie de moments heureux, mais celle qui est proche du flashback désagréable. Il y a des moments passés qui peuvent vous empêcher d’avancer, des moments qui se rappellent à vous et déclenchent des guerres.

Des problématiques que vous pouvez ressentir à l’intérieur de vous mais qui peuvent aussi rejaillir sur votre vie présente. Si vous vous sentez empoisonné(e)s ou bloqué(e)s par votre passé, alors cet article est fait pour vous. Découvrez comment vivre en paix. Comment faire la paix ? Suivez le guide et découvrez la langue des oiseaux.

LES IMPACTS DU PASSE

Il se dit souvent que le bonheur réside dans le simple fait que le moment présent existe. Pourtant, notre passé reste ancré en nous. Si celui-ci a connu quelques turbulences pendant notre enfance, notre adolescence ou alors en tant que jeune adulte cela peut le gâcher.  Comment ? A cause de regrets, de la nostalgie ou d’une douleur.

En effet, dans mon article comment apprécier sa propre compagnie, nous avons mis en évidence que certaines personnes n’aimaient pas être seule à cause, notamment d’une mauvaise expérience du passé. Pour remédier à cela, une liste de solutions avaient été proposées pour aimer être seul. En voici quelques-unes : faire ce que vous aimez, organiser vos pensées en solitaire, mettre à jour tout ce que vous avez remis  “à plus tard”. L’une des solutions que j’aborde était déjà l’importance de faire la paix avec votre passé. 

Ainsi j’évoque déjà  avec vous certaines questions à vous poser pour commencer à faire la paix avec lui comme :

  • Quand est-ce que je me suis senti anxieux pour la première fois quand j’étais seul ?
  • Que s’est-il passé ? 
  • Qu’est ce que j’ai ressenti ? 
  • Est-ce que je porte le poids du passé dans mon présent ? 
  • Que puis-je faire pour guérir et apaiser l’enfant en moi qui a vécu tout cela ? 

 Notre passé peut s’immiscer dans nos vies amoureuses ou professionnelles et nous rendre la vie difficile. Mesurez et listez les impacts que vous ne voulez plus vivre, c’est le point de départ pour aller chercher la paix en vous-même.

NOTRE PASSÉ ET NOS ÉMOTIONS

Lorsque nous sommes enfants, nous apprenons énormément de choses sur divers sujets : l’éducation des parents, l‘école, les copains, les amis et les parents des amis… autant de moment où notre apprentissage se construit. De même, il se réalise aussi au travers de traumatismes ou situation particulièrement violente en tant qu’enfants ou adultes en construction.

Nous grandissons en continuant d’apprendre. N’étant pas constitué d’unités d’information pour lesquelles nous pourrions facilement et librement avoir accès, le passé peut nous changer à tout jamais. Pourquoi ? Parce que nous vivons une multitude d’événements qui peuvent nous transformer. Les événements qui ont cette possibilité unique sont ceux auxquels nos émotions sont associées.

Pour le docteur en psychologie et psychothérapeute Jean Louis Monestés « Il existe un lien entre la mémorisation et les émotions, qu’elles soient agréables ou désagréables« . Par ailleurs, en tant qu’être humain, nous nous souvenons d’un événement en particulier qu’il soit associé à du positif ou du négatif s’il fait appel à nos émotions. Si celui-ci est négatif,  cela nous permet de nous créer une alerte.

Dans une situation que nous vivons cela peut nous pousser à faire les mêmes erreurs qu’auparavant

Dans une situation que nous vivons cela peut nous pousser à faire les mêmes erreurs qu’auparavant.

 Et cela à cause des émotions négatives ressenties et des fausses croyances que cela a entraîné. Par conséquent nous avons alors plus facilement conscience qu’il s’agit d’un danger ou d’une situation qu’il ne faudrait pas que l’on reproduise.

L’exemple de Paul

“Je n’arrive à rien, la création ce n’est pas fait pour moi” est une croyance qui s’est forgée chez Paul au fil de son éducation. Ses parents lui répétaient sans cesse que dessiner ne sert à rien, que les chiffres rapportent plus.

Aussi, même lorsque Paul tentait de s’épanouir dans cette passion endormie qu’est le dessin : il n’arrivait pas à s’y plaire. Parce qu’une fausse croyance liée à la peur de décevoir ses propres parents s’est installée en lui. En conséquence, nous sommes guidés par ces croyances qui font nos évolutions de vies, certaines nous permettent d’avancer mais parfois elle vous bloque

Au contraire,  les événements positifs liés à des émotions positives jouent un rôle clé. Ses événements, nous laissent un sentiment de bien-être et une sensation de sécurité, qui nous poussera à les reproduire. Ce sont des croyances favorables à votre épanouissement qui peuvent ainsi vous guider longtemps.

Il n’est pas possible de déloger une croyance bonne ou mauvaise pour vous. Par contre vous pouvez apprendre à accepter ce passé, comprendre cette croyance, l’épouser et la reconnaître lorsqu’elle s’enclenche. Parfois pardonner son passé et accéder à de nouvelles croyances suffit à ouvrir de nouvelles portes.

APPRENDRE A PARDONNER SON PASSÉ

Savoir faire la paix avec votre passé vous permet d’apprendre à l’accepter. De même tenter d’oublier des événements marquants de celui-ci, c’est oublier notre histoire, oublier d’accepter les émotions que cela nous a fait ressentir lorsque vous évitez d’en parler, ou éviter de retourner sur des lieux importants de votre passé.

Mais aussi le fait que vous ne prêtez pas attention aux souvenirs qui refont surface. Cela donne du crédit, du pouvoir à votre passé. Essayer d’oublier notre passé et les émotions traversés à ces moments-là, fait que nous leur laissons plus de place dans nos vies.

Cela donne du crédit, du pouvoir à votre passé. Essayer d’oublier notre passé et les émotions traversés à ces moments-là, fait que nous leur laissons plus de place dans nos vies.

A la place d’agir comme cela, je vous propose une solution alternative. Faire la paix avec lui et accepter son existence.

Comment ? En l’accueillant et en l’aimant ! Acceptez-vous, acceptez que le passé est votre histoire.

Accueillir votre passé vous permet de vous ouvrir envers ce qui vous est arrivé. Cette ouverture, vous offre un regard nouveau sur votre parcours. Prenez conscience que les événements qui sont derrière vous, ne peuvent à eux seuls vous définir. Il s’agit en réalité de plusieurs et différentes étapes de la longue vie que vous menez et non, une manière de nous représenter en tant qu’individu. Les choix que vous avez fait à l’époque doivent être assumés, si vous avez pris ces décisions c’est que vous les aviez jugées bonnes pour vous à l’époque.

Ne soyez pas trop dur(e)s avec vous-même : pardonnez-vous

Cette compréhension est importante, c’est un élément clé pour vous afin de vous sentir plus libre de ne plus sentir le poids de votre passé. 

Je ne vous cache pas, que certains éléments de votre passé sont et seront toujours plus difficiles à surmonter. Contrairement à d’autres éléments, ils vous laisseront des marques dures et douloureuses. L’aide d’un ou d’une thérapeute sera alors nécessaire pour arriver à accepter et accueillir afin de faire la paix avec celui-ci.

Qu’importe, l’élément, l’histoire qui peut vous peser sur l’épaule, prendre le temps de faire le travail nécessaire pour faire la paix avec votre passé, apportera une réelle harmonie dans votre vie et avec vous-même. Voire même, cette paix avec notre passé peut devenir une vraie force.

LE PASSÉ : NOTRE FORCE DE DEMAIN

Très régulièrement nous avons tendance à penser que les histoires difficiles vécues précédemment sont des entorses, ou des erreurs de parcours voir des faiblesses.

Le passé, c’est notre histoire. Il s’agit d’une partie de nous. Grâce aux éléments de votre vie difficiles, vous avez en votre possession  des clés qui vont vous aider à avancer dans votre vie

Le passé, c’est notre histoire. Il s’agit d’une partie de nous. Grâce aux éléments de votre vie difficiles, vous avez en votre possession  des clés qui vont vous aider à avancer dans votre vie.

Je vous donne un exemple, bien que votre passé soit douloureux, cela vous permettra de développer une grande ambition et de la force, qu’une personne ayant un passé plus clément n’aura pas forcément. Revenons sur l’histoire de Paul, dès qu’il a accepté sa croyance, rappelons-là “Je n’arrive à rien, la création ce n’est pas fait pour moi” à été révélée.

Paul a compris que cette croyance trouvait ses fondements dans la figure parentale. Il a fait de la parole de ses parents une croyance guidante. Oui, il ne serait pas expert comptable aujourd’hui sans celà. Mais à présent Paul veut aller vers ses passions d’enfants non assouvies : le dessin.

Ainsi cette première croyance l’a modifiée : “oui, je me suis concentré sur les chiffres et je suis à présent un expert comptable reconnu”, “ma concentration et ma capacité à analyser les situations vont m’aider à exprimer mon art.” Cette fausse croyance a longtemps guidé Paul, mais à présent il choisit d’en aborder une nouvelle. 

Les situations difficiles de notre passé, une vraie force

De plus, face à une situation difficile, vous serez sûrement plus à même de gérer cette situation, à l’inverse d’une personne pour qui la vie aurait été plus douce. Pour Paul, cette nouvelle croyance s’appuie sur une croyance très forte du passé, ce qui en fait une force pour avancer dans le présent.

Avoir un passé plus difficile peut aussi vous faire bénéficier d’une plus grande empathie envers les personnes qui se retrouveront dans des situations similaires à la vôtre. Vous saurez être d’une plus grande aide pour d’autres personnes.

Et si nous prenions un instant pour regarder autour de nous ? De qui sont composées les associations pour venir en aide à des victimes de maladies ou de souffrances ? Souvent des anciennes victimes qui utilisent leurs expériences pour aider, tendent la main auprès des personnes qui ont les mêmes problématiques qu’eux.

Notre passé nous aide

Bien-sûr toutes les personnes ayant souffert d’un trouble passé ne peuvent pas être en mesure d’aider son prochain. Et ce n’est pas grave. L’important ici, c’est de comprendre que ce que nous vivons, que ce que l’on a à vivre bientôt, que ce qu’on a vécu, nous aide. Cela nous aide à avoir de la force pour avancer toujours dans notre vie.

Nous pouvons décider de faire de notre passé, plus qu’un fardeau. À la place ? Celui-ci peut réussir à apporter au monde une vision qui n’avait encore jamais été présente.

La langue des oiseaux pour faire la paix

Si vous avez vécu un passé douloureux, cette technique peut vous permettre, avant de faire la paix avec votre passé. De comprendre plus aisément ses situations compliquées, et de faire un point sur comment vous vous sentez face à elles. La langue des oiseaux va donner un sens aux phrases, aux mots et plus particulièrement aux lettres. Cette méthode fait appel à plusieurs procédés (les inversions, les anagrammes etc). Faites un point dans votre vie, avec moi, grâce à cette technique.

Parfois, certaines expériences passées, fausses croyances et situations du passé sont bien plus difficiles à gérer que celles de Paul. Oui, il est essentiel de faire la paix avec le passé. Parfois, vous n’y arriverez pas seul(e)s et  faire appel à des professionnels comme des thérapeutes peut se révéler nécessaire.

Je suis Pascale Garnier Coach de vie certifiée en développement personnel, je peux aussi vous aider, notamment avec la méthode de la langue des oiseaux

Connaissez-vous la méthode de la langue des oiseaux ?

Savez-vous que l’oiseau est un animal qui à toujours été un symbole fort permettant de relier l’être humain à deux de ses dimensions : physique et spirituelle ? 

Le principe de cette langue, c’est qu’il s’agit d’une langue permettant de donner un sens aux lettres, aux phrases, et aux mots d’une façon assez particulière. Cette langue repose sur des jeux de sonorités et sur le symbolisme des lettres. 

Quelques exemples :

  • ADN : AeDeN/ AEden = le jardin d’Eden 
  • Ange : En-je (Géant = Ange? les 7 Gnomes qui vont chercher des Gemmes) L’étymologie du mot ange vient du grec angelos le messager. Tout comme le dieu Hermès est le messager des dieux. 
  • Apprentissage : Apprenti sage 
  • Argent : art d’être avec les gens/ l’art des gens 
  • Bonheur : la bonne heure Carpediem/ Car paix dit aime Cartes / traces / écarts 
  • Convaincu : Je t’ai con-vaincu. Qui est vraiment le con ?
  •  Crucifix : si c’est CRU ça se FIXE… les croyances créent le monde. 
  • Elémentaire : Elément – Terre 
  • FORT : Feu, Eau, aiR, Terre. Avec 4 éléments vous êtes FORT. Si on retire la Terre, donc le réel, il ne reste plus que le FOR intérieur… 
  • « François » (= »franc avec soi »)
  • Guérison : guérit – son / les sons qui guérissent 
  • Guérir : Gai – Rire / rire est le meilleur moyen de guérir 
  • Héros : Air – eau (RO : OR… Orienter Rectifier) information : IN-Formation. Le sans forme. RO + I = ROI : le Héros + Intelligence (Intuition) = ROI 
  • La magie : L’âme agit – L’Image (influence des images publicitaires !) 
  • La matière: L’âme à tiers… (donc l’âme n’est que le tiers de la personne… corps-âme-esprit ?) 
  • La mort : L’âme hors L’amour : L’âme – our… OUR = ‘owr lumière en hébreux.
  • « larme » (= « l’arme ») 
  • Les mots : les maux
  • Maléfice : Mâle et fils (la transmission uniquement masculine)
  • Message :  mes sages ou mets sages, 
  •  « métamorphose » (= »mets ta mort et ose »), 
  • Morsure : la Mort sûre… 
  • Naissance : nait sens… 
  • Naître : N-être
  • Sésame :  ces âmes, incarné : un car né
  • « silence » (= « si lance »), , « mer » (= »mère »),

Une technique efficace :

Si vous avez vécu un passé douloureux, cette technique peut vous permettre, avant de faire la paix avec votre passé. De comprendre plus aisément ses situations compliquées, et de faire un point sur comment vous vous sentez face à elles. Ce langage permet de révéler des réalités ou des éléments clés pour faire la paix avec les événements du passé.

La langue des oiseaux va donner un sens aux phrases, aux mots et plus particulièrement aux lettres. Cette méthode fait appel à plusieurs procédés (les inversions, les anagrammes etc). Faites un point dans votre vie, avec moi, grâce à cette technique.

Pour Paul, il a su avec les mots identifiés poser les motivations de ses parents qui étaient devenues les siennes avec le mot argent, donc l’art d’être avec les gens. Ces quelques mots permettent à Paul de réaliser qu’il est sensible à l’art et aux personnes qui l’entourent.

Le premier chemin qu’il à emprunté était sur le premier sens du mot, mais avec le langage des oiseaux une nouvelle voix, plus en adéquation avec ses désirs intérieurs s’offre à lui. Et vous vous devez le ressentir en lisant l’histoire de Paul, il s’agit bien là de continuer à donner du sens au passé et au présent.

3 PRÉCEPTES POUR APPRENDRE À FAIRE LA PAIX AVEC VOTRE PASSE, TOUT AU LONG DE VOTRE VIE

Apprenez à vivre dans le présent :

Pour cela, si lors d’un moment positif, des éléments négatifs essaient de s’immiscer,  concentrez-vous sur votre respiration, sentez l’aire entrer et sortir de vos poumons

Utilisez vos émotions négatives :

Comprenez pourquoi vous ne faites pas confiance aux autres. Mal au ventre à cause d’une boule de stresse négative ? Respirez. Posez-vous et essayez de comprendre pourquoi cette émotion négative est là. Grâce à cela vous trouverez plus facilement ce qui ne va pas et avancerez !

Soyez patient :

Le temps peut être long d’ici à ce votre passé, vous laisse tranquille. Prenez du temps pour vous, soyez doux avec vous, écoutez vous ! Prenez votre temps, guérir de son passé ne se fait pas en un jour !

Zoom sur Bayonne

Dans un article du journal Entreprendre, Jean Raoul Ismaël évoque avec le public les clés de sa réussite, et souligne les nombreuses épreuves difficiles qu’ il a dû affronter.

Pascale Garnier : ”Monsieur Ismaël en mettant en avant des points clé de sa réussite dans cet article met aussi en avant des points douloureux de son passé comme son divorce. Pour continuer à avancer il a su faire la paix avec cet événement douloureux, et en témoignant il permet à d’autres d’engager ce processus de paix. Certaines personnes se tourneront sûrement vers des professionnels pour leur venir en aide. Certains leurs proposeront la technique de la langue des oiseaux pour faire un point dans leurs vies et d’avancer avec de de nouveaux objectifs, comme Monsieur Ismaël »

Pascale Garnier coach professionnelle à Pelissanne.

Rencontrez Pascale Garnier à Pelissanne.