Pascale Garnier, coach professionnelle en développement personnel

Transformation des vies des français et dirigeants

Pendant cette période de pandémie mondiale, notre société a pris un tout nouveau tournant, auquel nous n’étions pas préparés. Nous avons dû nous adapter et montrer de l’inventivité. Le télétravail, qui n’était pas autant installé en France avant la période du confinement, a changé littéralement le quotidien des 5,1 millions de personnes concernées. La crise sanitaire a mis en évidence les fragilités des entreprises.

En temps normal, les changements opérés au sein de ces dernières se font petit à petit ; par une succession de petites réorganisations, de changement. Lors des premières allocutions du gouvernement concernant le Covid-19, ça a été très rapide. Personne n’était préparé, les entreprises ont dû accélérer pour s’adapter. Cette annonce est l’instant où les dirigeants ont dû faire face : rappelons que leur rôle est d’être tournés vers l’avenir. En allant au plus vite tout en étant le plus efficace.

Il n’était désormais plus question d’anticipation mais d’innovation et d’adaptation. Les employés sont passés du statut de travailleurs à celui de télétravailleurs. Les entreprises ayant déjà commencé les transformations numériques ont eu plus de facilités à s’adapter alors que d’autres ont été contraintes de faire face, passer de blanc à noir. Sans moyens prévus à cet effet donc grâce aux logiciels et applications gratuites, avec les outils informatiques personnels des employés… et parfois avec des investissements conséquents. Ceci dit pour certain ce n’était pas noir, mais plutôt rose ! Les avantages du numérique, de la cyber-sécurité et des équipements adéquats de certaines structures ont rendu la vie parfois plus agréable. Pour d’autres ce fut un pur cauchemar, car toutes les professions ne s’y prêtaient pas.

Le management a dû évoluer. Le coaching est devenu un outil incontournable pour faire accepter cette transformation profonde, massive et rapide de la société… où l’échec de ne pouvoir s’adapter. 

Le télétravail marginal, est devenu le quotidien. Beaucoup désirent rester en télétravail. Ils évoquent même la volonté de quitter les grandes villes pour s’installer à la campagne pour plus de tranquillité. Le télétravail engendre la fin des déplacements domicile-travail ; ce qui diminue considérablement le nombre de véhicules circulant aux heures de pointes ; donc moins d’embouteillages et donc moins de pollution. Du temps de gagné et une meilleure vie ! Pas pour tout le monde évidemment, car ce télétravail juxtaposé à la gestion de la vie de famille a engendré des tensions ; autrement plus complexes à gérer lorsque vous êtes dans un espace restreint…

En plus d’être un rempart efficace à la propagation du virus, le télétravail semble aussi être un vecteur d’efficacité et de félicité.

Encore faut-il accompagner le changement, et le coaching est le dénominateur commun pour faciliter la transition, l’acceptation et l’évolution des modalités de travail. Et oui ! bonant malant la France semble y avoir pris goût, avec 62% des travailleurs à domicile du confinement souhaitent poursuivre cette pratique.

Chumworth

Et l’humain dans tout ça ? Et vous, dirigeants ?

Les dirigeants rencontrent des contraintes familiales pendant cette période. Les enfants sont à la maison aussi et suivent des cours par correspondance, dispensés par leurs parents pour la plupart. Ça peut ne pas être simple de concilier vie personnelle et professionnelle ; surtout au début, le temps de prendre ses marques et son rythme. 

Comment choisir entre : s’occuper de sa famille au quotidien en leur donnant du temps et de l’engagement ; ou s’occuper de ce qui permet de nourrir sa famille (et d’autres famille lorsque vous avez des salariés à charge) donc de l’entreprise que vous dirigez ?

Le manager éprouve les même difficultés que ses collaborateurs avec les difficultés managériales en plus. Il faut alors qu’il maintienne la cohésion d’équipe : grâce à des morning briefs ; des visioconférences ; la mise en place de rites tels que la pause café virtuelle par exemple. Il doit s’adapter aux besoins et aux situations de chacun – difficultés de connexion, difficultés à gérer la vie de famille en parallèle – et à la sienne !  sans laisser personne de côté. 

Le manager se doit de rester en contact avec ses collaborateurs, et d’être disponible pour eux tout au long de la journée pendant les horaires de bureau. Surtout il ne doit mettre personne à l’écart. De plus, 35% des employés désireux de poursuivre le télétravail, ne souhaitent conserver cette pratique que 2 ou 3 jours par semaine afin de ne pas se séparer complètement de la sphère professionnelle. 

Beaucoup ont également peur de perdre leur sentiment d’appartenance à l’entreprise, et d’avoir des difficultés à travailler sur des projets collectifs, ou encore d’avoir une évolution de carrière plus difficile. Même si avec les nouvelles technologies et les applications, logiciels mis à notre disposition ; le “keep in touch” est facilement réalisable. Pour contrecarrer, la peur de perte de lien social est bien présente. 

Marc Prikazsky, dirigeant de Ceva Santé Animale, société pharmaceutique vétérinaire multinationale, a dû également s’adapter, lui et ses collaborateurs, aux nouvelles mesures prises par le gouvernement. Pour lui, le plus important est d’être exemplaire, mais aussi de garder les liens entre les différents postes dans l’entreprise ; et plus particulièrement entre les personnes qui travaillent sur le terrain et celles en télétravail. Son but est de rester positif, d’encourager ses équipes des quatres coins du monde, en leur expliquant que le rôle de chacun est très important dans cette période, dont on se souviendra encore longtemps.

“C’est quand on est juste que l’on peut alors demander des efforts”

Ajoute Marc Prikazsky

Comment gérer sereinement tous ces tremblements de terre ; la pression que l’on s’exerce à soi, la familiale et celle des salariés qui s’interrogent face aux changements ?

Pascale Garnier, coach professionnelle en développement personnel