Pascale Garnier, coach professionnelle en développement personnel à Pelissanne.

Transformation des vies des français et dirigeants

Pendant cette période de pandémie mondiale, notre société a pris un tout nouveau tournant, auquel nous n’étions pas préparés. Nous avons dû nous adapter et montrer de l’inventivité. Le télétravail, qui n’était pas autant installé en France avant la période du confinement, a changé littéralement le quotidien des 5,1 millions de personnes concernées. La crise sanitaire a mis en évidence les fragilités des entreprises.

En temps normal, les changements opérés au sein de ces dernières se font petit à petit ; par une succession de petites réorganisations, de changement. Lors des premières allocutions du gouvernement concernant le Covid-19, ça a été très rapide. Personne n’était préparé, les entreprises ont dû accélérer pour s’adapter. Cette annonce est l’instant où les dirigeants ont dû faire face : rappelons que leur rôle est d’être tournés vers l’avenir. En allant au plus vite tout en étant le plus efficace.

Il n’était désormais plus question d’anticipation mais d’innovation et d’adaptation. Les employés sont passés du statut de travailleurs à celui de télétravailleurs. Les entreprises ayant déjà commencé les transformations numériques ont eu plus de facilités à s’adapter alors que d’autres ont été contraintes de faire face, passer de blanc à noir. Sans moyens prévus à cet effet donc grâce aux logiciels et applications gratuites, avec les outils informatiques personnels des employés… et parfois avec des investissements conséquents. Ceci dit pour certain ce n’était pas noir, mais plutôt rose ! Les avantages du numérique, de la cyber-sécurité et des équipements adéquats de certaines structures ont rendu la vie parfois plus agréable. Pour d’autres ce fut un pur cauchemar, car toutes les professions ne s’y prêtaient pas.

Le management a dû évoluer. Le coaching est devenu un outil incontournable pour faire accepter cette transformation profonde, massive et rapide de la société… où l’échec de ne pouvoir s’adapter. 

Le télétravail marginal, est devenu le quotidien. Beaucoup désirent rester en télétravail. Ils évoquent même la volonté de quitter les grandes villes pour s’installer à la campagne pour plus de tranquillité. Le télétravail engendre la fin des déplacements domicile-travail ; ce qui diminue considérablement le nombre de véhicules circulant aux heures de pointes ; donc moins d’embouteillages et donc moins de pollution. Du temps de gagné et une meilleure vie ! Pas pour tout le monde évidemment, car ce télétravail juxtaposé à la gestion de la vie de famille a engendré des tensions ; autrement plus complexes à gérer lorsque vous êtes dans un espace restreint…

En plus d’être un rempart efficace à la propagation du virus, le télétravail semble aussi être un vecteur d’efficacité et de félicité.

Encore faut-il accompagner le changement, et le coaching est le dénominateur commun pour faciliter la transition, l’acceptation et l’évolution des modalités de travail. Et oui ! bonant malant la France semble y avoir pris goût, avec 62% des travailleurs à domicile du confinement souhaitent poursuivre cette pratique.

Chumworth

Et l’humain dans tout ça ? Et vous, dirigeants ?

Les dirigeants rencontrent des contraintes familiales pendant cette période. Les enfants sont à la maison aussi et suivent des cours par correspondance, dispensés par leurs parents pour la plupart. Ça peut ne pas être simple de concilier vie personnelle et professionnelle ; surtout au début, le temps de prendre ses marques et son rythme. 

Comment choisir entre : s’occuper de sa famille au quotidien en leur donnant du temps et de l’engagement ; ou s’occuper de ce qui permet de nourrir sa famille (et d’autres famille lorsque vous avez des salariés à charge) donc de l’entreprise que vous dirigez ?

Le manager éprouve les même difficultés que ses collaborateurs avec les difficultés managériales en plus. Il faut alors qu’il maintienne la cohésion d’équipe : grâce à des morning briefs ; des visioconférences ; la mise en place de rites tels que la pause café virtuelle par exemple. Il doit s’adapter aux besoins et aux situations de chacun – difficultés de connexion, difficultés à gérer la vie de famille en parallèle – et à la sienne !  sans laisser personne de côté. 

Le manager se doit de rester en contact avec ses collaborateurs, et d’être disponible pour eux tout au long de la journée pendant les horaires de bureau. Surtout il ne doit mettre personne à l’écart. De plus, 35% des employés désireux de poursuivre le télétravail, ne souhaitent conserver cette pratique que 2 ou 3 jours par semaine afin de ne pas se séparer complètement de la sphère professionnelle. 

Beaucoup ont également peur de perdre leur sentiment d’appartenance à l’entreprise, et d’avoir des difficultés à travailler sur des projets collectifs, ou encore d’avoir une évolution de carrière plus difficile. Même si avec les nouvelles technologies et les applications, logiciels mis à notre disposition ; le “keep in touch” est facilement réalisable. Pour contrecarrer, la peur de perte de lien social est bien présente. 

Marc Prikazsky, dirigeant de Ceva Santé Animale, société pharmaceutique vétérinaire multinationale, a dû également s’adapter, lui et ses collaborateurs, aux nouvelles mesures prises par le gouvernement. Pour lui, le plus important est d’être exemplaire, mais aussi de garder les liens entre les différents postes dans l’entreprise ; et plus particulièrement entre les personnes qui travaillent sur le terrain et celles en télétravail. Son but est de rester positif, d’encourager ses équipes des quatres coins du monde, en leur expliquant que le rôle de chacun est très important dans cette période, dont on se souviendra encore longtemps.

“C’est quand on est juste que l’on peut alors demander des efforts”

Ajoute Marc Prikazsky

Comment gérer sereinement tous ces tremblements de terre ; la pression que l’on s’exerce à soi, la familiale et celle des salariés qui s’interrogent face aux changements ?

Concilier direction et vie de famille

Manager plus proche et respectueux de chacun

L’excellence opérationnelle, c’est ce qui permet à une entreprise de changer, d’évoluer, de pallier ses faiblesses pas à pas. C’est un état d’esprit, qui permet la résolution des problèmes. L’excellence opérationnelle consiste tout d’abord à respecter ses salariés, en les faisant participer à chaque changement ; qu’il soit grand ou petit, au sein de l’entreprise ; afin qu’il se sente inclus dans le projet et utile, ce qui favorise également la productivité. Le manager doit s’adapter aux capacités de chacun ; écouter les besoins et les envies des uns et des autres ; et créer une communication constante, avec chaque membre de l’équipage. 

L’excellence opérationnelle est le but ultime, recherché par les entreprises qui souhaitent évoluer constamment. Le premier pas est d’avoir des objectifs fixés, puis, pas à pas, étape par étape, vont produire un changement durable et positif. Un véritable accomplissement autant pour les managers que pour les collaborateurs.

Le télétravail apporte de nombreux avantages, mais également certains inconvénients. Il est important de réussir à s’organiser afin de ne pas se sentir surmené.

Le télétravail ouvre de meilleure perspectives de vie, et de carrière ?

Afin de concilier direction et vie de famille, je peux vous donner quelques conseils. Tout d’abord, il est important de ne pas sur-contrôler son équipe, et à l’inverse ne pas l’oublier. Les deux piliers du management à distance sont confiance et responsabilité. En donnant des objectifs qui ont du sens pour l’équipe ou/et pour l’entreprise. On parle d’objectifs SMART (Spécifique, Mesurable, Ambitieux, Réaliste, Timé). Ils sont définis en demandant un feedback aux collaborateurs à la fin de chaque tâche demandées. Le manager doit donc adapter son accompagnement selon les besoins de chaque personne individuellement.

Afin de maintenir la cohésion d’équipe, les managers peuvent faire en sorte de renforcer la proximité virtuelle, grâce aux outils numériques comme les applications, les plateformes d’échanges et de partage de document. Pour aider les personnes qui ont du mal avec le télétravail, demandez-vous si ce collaborateur a les compétences nécessaires pour réaliser telle mission, seul ; ou est-ce qu’il a besoin d’aide supplémentaire, de plus d’accompagnement ? D’où l’importance de garder la proximité avec chacun, pour se rendre compte de tous ces aspects. Soyez flexible sur les horaires ! La clé du télétravail réussi est la confiance. Chaque collaborateur choisi sa plage horaire pour travailler ; (tant qu’il respecte le nombre d’heure, qu’il est présent à chaque réunion) ; ce qui va lui permettre d’être plus productif. Une fois tous ces conseils appliqués, votre management restera certainement effectif sur le long terme, même après cette période particulière.

Le “remote” serait donc un point positif au niveau sociétal et environnemental, mais pas que ! Ça améliorerait même la qualité de vie au travail : favorise l’engagement des salariés, ça les pousse à être plus autonomes, dans le respect des horaires, leur gestion du temps et des tâches à réaliser. Même si tout ça fait rêver, il faut tout de même être prudent sur certains points, comme l’hyperconnectivité, qui peut vite empiéter sur la vie personnelle de l’employé.

Source image : Tour de France du télétravail

Le manager doit respecter également le droit de déconnexion. Même si aucune modalité n’a été établie encore à ce jour, le but étant d’avoir des horaires de bureau décents, ni plus ni moins ; s’adapter à chacun grâce à des objectifs à voir ensemble, le suivi de ces objectifs selon chacun encore une fois… sans que l’employeur se sente surveillé. Il faut faire attention au caractère de chacun qui n’a pas la même sensibilité face à cette période particulière ; et qui ne va pas réagir de la même manière. Êtes-vous fait pour le télétravail ? Vous pouvez faire le test en cliquant ici.

Apporter aux autres, un moteur pour soi ?

Selon une étude menée par Harvard, les personnes heureuses au travail sont 6 fois moins absentes ; 9 fois plus loyales ; 31% plus productives ; et 55% plus créatives. D’après une étude réalisée par Office Vibe, 80% des salariés aimeraient faire moins d’heures de travail par semaine ; 88% des employés ne sont pas du tout passionnés par leur métier ; deux tiers des salariés se sentent débordés par la charge de travail qui leur est confiée. Lorsque nous évoluons dans un environnement positif, où les personnes autour de nous sont positives, heureuses ; elles nous le transmettent et nous le devenons à notre tour. Ensemble, nous sommes plus motivés, plus liés et plus productifs. C’est gagnant gagnant !

Les impacts et risques à éviter durant ces mois

Autant de positif que de négatif à en tirer ?

Durant cette longue période de crise sanitaire, de nombreux impacts ont été perçus, qu’ils soient positifs ou négatifs. Dans les points positifs qui sont tout de même nombreux, sont à retenir :

  • Les télétravailleurs, dirigeants ou salariés, ont vu leur qualité de vie augmenter – 95% des hommes et 96% des femmes -. Grâce à la flexibilité des horaires il est plus facile de gérer la vie de famille et le travail. L’équilibre de vie est donc mieux conservée.
  • Plus de 85% des télétravailleurs seraient plus productifs et fourniraient un travail de meilleure qualité, selon les managers. C’est certainement dû à une organisation plus souple et à un lieu de travail plus tranquille.
  • La fatigue due aux trajets domicile-travail et le stress sont diminués pour tout le monde
  • Ça permet d’afficher un management plus moderne ; qui respecte les attentes des jeunes salariés en étant basé sur la confiance, la responsabilité et l’autonomie
  • L’entreprise devient plus économe par rapport à l’utilisation de la surface des bureaux utilisée diminuée.
  • Tout le monde est plus apte à prendre plus de recul
  • Pour les entreprises, il est également plus facile d’engager des personnes en situation de handicap ne pouvant travailler que de leur domicile

Les aspects négatifs, quant à eux, sont certes moins nombreux, mais il faut tout de même y faire attentions pour ne pas que ça devienne oppressant. Parmi eux :

  • L’hyperconnectivité : durée et charge de travail trop lourdes et augmentation du temps de travail par exemple.
  • L’isolement, car moins de travail collectif, diminution d’appartenance à l’entreprise, dégradation interpersonnelle. C’est sur ce point que le manager doit être prudent. D’où l’importance de la communication non violente, que nous verrons juste après.
  • Beaucoup craignent de voir leurs possibilités d’évolution de carrière diminuées, mais l’avis reste très mitigé sur ce point.
  • Certains se plaignent du manque de matériel à leur disposition : pas d’imprimante ; écran trop petit ; ou bien manque de connexion à un réseau suffisamment rapide.

Qu’en est-il des personnes étant en télétravail à partir du 11 mai ? Même si certaines entreprises ont décidé – sur les conseils du gouvernement – de maintenir le système du télétravail pour une durée encore approximative, d’autres, en revanche, ont tenu à ce que les personnes reviennent travailler physiquement. Pour ces dernières, le Ministère du Travail a publié un “protocole national du déconfinement”, visant à exposer les règles de sécurité des travailleurs. Ce document contient par exemple le port du masque obligatoire dans certains cas, le sens unique de circulation dans les locaux ou encore le programme de désinfection des lieux au moins une fois par jour.

Qu’est ce qui vous attends : quels sont les risques à – conjurer- ?

Afin d’éviter tout risque de propagation du virus lors du “retour à la normale” progressif, comment procéder, en tant que dirigeant ? Vous devez être habile. Oui, le virus est toujours présent ! Les bonnes habitudes prises pendant le confinement devraient rester en vigueur pendant un moment encore, comme une communication claire et adaptée, et surtout, vos salariés doivent rester une priorité. Il faut être à l’écoute constante de toute situation particulière, continuer de s’adapter à chacun, sans oublier que le télétravail reste en option si c’est possible, pour les parents qui doivent garder leurs enfants par exemple.

Bien sûr, continuez à prendre soin de vous, sur le plan physique et mental. Ne vous renfermez pas sur vous-même et n’hésitez pas à travailler en proximité avec son comité de direction, à faire appel à son DRH pour lui parler, lui demander conseil, ou solliciter de l’aide extérieure.

Pascale Garnier, coach professionnelle en développement personnel à Pelissanne.